jeudi, février 29 2024

Ce lundi 11 décembre 2023, les aspirants à la présidentielle Sénégalaise sont autorisés à soumettre leurs candidatures pour l’élection prévue en février 2024. Ils disposent d’une fenêtre allant jusqu’au 26 décembre pour déposer l’ensemble des documents requis auprès du Conseil constitutionnel. Cela inclue les parrainages et une caution de 30 millions de francs CFA.

Pour la plupart des candidats, la quête de parrainages est désormais close et l’heure est à la compilation des données et à la résolution des ultimes détails administratifs. A cette présidentielle sénégalaise, les candidats ont le choix entre trois types de parrainages : citoyen, émanant d’élus, ou provenant de chefs exécutifs territoriaux. Actuellement, chacun garde le mystère quant à la stratégie qu’il compte adopter.

Une assurance affichée pour cette présidentielle sénégalaise

Malgré le fait qu’elle a été fragilisée par des défections notables, telles que celle d’Aly Ngouille Ndiaye, ancien ministre de l’Intérieur et de l’Agriculture, la coalition présidentielle Benno Bokk Yaakar assure avoir atteint le nombre requis de parrains. Elle a aussi déjà versé sa caution. Une démarche qui la met assurément en très bonne posture.

Concrètement dans le camp présidentiel onze dossiers ont été préparés en vue de la candidature de l’actuel Premier ministre Amadou Ba. Il ne reste plus qu’à déterminer lequel sera finalement présenté. « Le parrainage citoyen permet de démontrer l’ancrage de la coalition à l’échelle nationale, tandis que celui des députés constitue un moyen de s’assurer qu’ils ne parrainent pas d’autres candidats », a fait savoir Ablaye Diagne, coordinateur national du pôle parrainage de Benno Bokk Yaakar.

Lire Aussi : SÉNÉGAL : L’OPPOSANT OUSMANE SONKO EN DANGER, ALERTE SON AVOCAT

En quête de la meilleure stratégie

Dans le camp de l’opposition, pour cette présidentielle sénégalaise 2024, le grand défi reste de trouver la stratégie gagnante en ce qui concerne les parrainages. En ce sens, le Pastef d’Ousmane Sonko assure avoir atteint ses objectifs en matière de collecte de parrainages citoyens pour le candidat Bassirou Diomaye Faye, présenté comme un plan B au cas où leur leader politique ne pourrait pas se présenter.

Les élus, quant à eux, attendent les consignes, alors qu’Ousmane Sonko n’a pas encore pris de décision définitive quant à sa participation à la présidentielle sénégalaise. Pour sa part, Khalifa Sall de Taxawu Sénégal n’a plus qu’à déposer la caution avant de décider du type de parrainage qu’il choisira. Bien que leur candidat Karim Wade ne soit toujours pas de retour dans le pays, Le Parti démocratique sénégalais se déclare prêt.

 

Tony A.

Previous

Sextorsion en Afrique : Quand la confiance virtuelle devient un piège

Next

Tourisme au Kenya : Les prix s'envolent, les inquiétudes aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]