jeudi, mai 30 2024

Le triangle d’El Fashaga continue d’être l’objet de convoitise entre le Soudan et l’Ethiopie. Alors les tentatives des deux côtés pour s’emparer définitivement de la zone se font nombreuses. Conséquences de ces actions, des tensions vives entre les deux Etats.

Depuis des décennies, la région du triangle d’El-Fashaga est revendiquée par les deux pays. Ceci est dû au fait que la délimitation exacte de la frontière n’a pas été faite. Le triangle d’El fashaga, un territoire très fertile a été le plus souvent occupé par les éthiopiens. Sauf qu’avec le conflit en Tigré, les forces soudanaises ont profité de l’immense opportunité qui se présentait à eux pour s’étendre dans cette localité.

Des tensions vives pour le triangle d’El Fashaga

Selon le gouvernement soudanais plusieurs civils auraient été tués dans le village de Leya. Et les miliciens éthiopiens, c’est-à-dire les Shifta, seraient les auteurs de ces crimes. Alors il a dû intervenir pour faire cesser les hostilités.
Toutefois les forces éthiopiennes se sont mêlées au combat. Des avions de chasse éthiopiens auraient par ailleurs survolé la région. « Khartoum n’abandonnerait pas un centimètre carré de territoire », a déclaré Souleiman Ali, gouverneur soudanais d’El Gedaref.

Les autorités éthiopiennes pour leur part accusent le Soudan de gagner du terrain grâce à ces manœuvres. Par conséquent, elles ne se laisseront pas faire. Le gouvernement Ethiopien avait par le biais du porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti indiqué que la patience éthiopienne avait ses limites.

A la recherche de solutions amiables

Pour faire baisser les tensions d’un cran, le gouvernement d’Addis-Abeba a finalement opté pour la voie pacifique. Celle d’une solution amiable qui puisse profiter aux deux parties. C’est à dire un processus menant à la démarcation des frontières.

Mais le Soudan semble déjà s’inscrire dans une posture de restauration de la souveraineté soudanaise. Ainsi il souhaiterait que soient appliquées les évaluations techniques réalisées il y a dix ans. Et c’est sur cette base que va être effectué la démarcation de la frontière.

A cette allure, de grandes chances subsistent à ce que ce conflit pour la conquête du triangle d’El fashaga s’envenime dans les prochains jours. Chaque camp a déjà déployé des renforts supplémentaires dans la région.

Lire aussi : SOUDAN : LA MORT DE BAHAA EL-DIN NOURI CRÉE LA POLÉMIQUE

Previous

Ethiopie : les violences inter-ethniques s’accentuent dans la province de Benishangul-Gumuz

Next

Burkina Faso : la nouvelle ministre du commerce, Louise Anne Go, bien accueillie par son équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]