dimanche, juillet 21 2024

La prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) devrait se dérouler en juillet-août 2025 au Maroc, selon un accord de principe entre la Confédération africaine de football (CAF) et la Fédération marocaine de football. Cette décision intervient dans le but d’éviter de perturber le premier Mondial des clubs à 32 équipes organisé par la Fédération internationale de football association (FIFA), prévu en juin 2025.

Après plusieurs mois de discussions intensives, cet accord a été trouvé sous l’égide de la FIFA, marquant ainsi une nouvelle étape dans la planification des compétitions sportives majeures en Afrique.

Un ajustement nécessaire de la CAN 2025  pour ne pas gêner les calendriers internationaux

Le déplacement de la date de la CAN 2025 en été est une mesure prise afin de garantir une meilleure harmonisation avec les calendriers internationaux du football. En effet, la coïncidence initiale des dates entre la CAN et le Mondial des clubs aurait pu poser des problèmes logistiques et de programmation pour les équipes et les supporters. En optant pour juillet-août, la CAF s’assure que les deux compétitions majeures se déroulent sans chevauchement, offrant ainsi une période dédiée à chaque événement pour briller sur la scène mondiale du football.

Alors que la CAN 2025 se profile à l’horizon estival, les qualifications pour cette compétition n’ont toujours pas commencé. Un tour préliminaire est toutefois prévu du 18 au 26 mars, selon le calendrier établi par la CAF. Ce décalage dans le calendrier des qualifications pourrait avoir des répercussions sur la préparation des équipes participantes, qui devront s’adapter à un planning plus serré pour se qualifier pour le tournoi continental.

Lire Aussi : TCHAD : COLÈRE GRONDANTE FACE À L’ENVOLÉE DES PRIX DU CARBURANT

Perspectives pour l’avenir du football africain

Au-delà de la CAN 2025, les ajustements opérés dans le calendrier des compétitions internationales reflètent les défis et les opportunités auxquels est confronté le football africain. Avec la perspective de la CAN 2027 organisée dans trois pays – le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda – et l’évolution constante des standards internationaux, la CAF continue de travailler pour assurer le succès et la viabilité à long terme du football sur le continent.

Ces ajustements offrent également l’occasion de renforcer la coopération et les partenariats entre les fédérations nationales, la FIFA et les autres acteurs du football mondial.

 

Sandrine A.

Previous

Tchad : Colère grondante face à l'envolée des prix du carburant

Next

Héritage de Thomas Sankara : Les Ateliers Sankaristes comme tribune de réflexion et d'éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]