mercredi, mai 29 2024

Depuis la révélation de l’ONG suisse Public Eye sur la présence de sucre ajouté dans les produits infantiles Nestlé destinés aux pays à faibles revenus, dont le Sénégal, une polémique enfle sur les réseaux sociaux. Les internautes sénégalais réclament le retrait de ces produits du marché, mettant en avant les risques pour la santé des enfants.

Selon l’Organisation mondiale pour la santé, une exposition précoce au sucre accroît le risque d’obésité chez les enfants. Pourtant, les produits similaires vendus en Europe ne contiennent pas de sucre ajouté, soulignant une disparité inquiétante dans les pratiques commerciales de Nestlé en fonction des pays.

Des révélations inquiétantes sur les produits infantiles de Nestlé

Une enquête menée par Public Eye et le Réseau international d’action pour l’alimentation infantile a mis en lumière la présence de sucre ajouté dans les laits et bouillies infantiles de Nestlé vendus au Sénégal, mais également dans d’autres pays à faibles revenus.

Selon cette enquête, la quasi-totalité des céréales Celerac pour bébé examinées contiennent du sucre ajouté, avec une moyenne de près de 4 grammes par portion, soit environ un carré de sucre, alors qu’elles sont destinées aux bébés dès l’âge de six mois. Au Sénégal, ce taux de sucre atteint 5,9 g pour la même bouillie, un niveau jugé alarmant par les experts médicaux.

Lire Aussi : 5ÈME RÉPUBLIQUE : LES DÉPUTÉS TOGOLAIS ADOPTENT À L’UNANIMITÉ UNE NOUVELLE CONSTITUTION

La réponse de Nestlé et les enjeux de régulation

Face à ces révélations, Nestlé affirme respecter les législations en vigueur dans les pays où ses produits sont commercialisés. Cependant, cette réponse renvoie vers une autre question qu’est la régulation de l’industrie alimentaire dans des pays comme le Sénégal, où l’absence d’organes de contrôle et de régulation rend difficile l’application de normes strictes en matière de qualité des produits.

Cette polémique fait constater la nécessité d’une réglementation plus stricte dans le secteur agroalimentaire, ainsi que la nécessité d’une surveillance accrue des pratiques commerciales des grandes entreprises. Elle souligne également l’importance de l’information du consommateur et de la transparence sur la composition des produits, en particulier lorsqu’il s’agit de produits destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants.

 

Sandrine A.

Previous

5ème République : les députés togolais adoptent à l'unanimité une nouvelle Constitution

Next

Elections législatives et régionales : Les Togolais expriment leur choix dans le calme et la sérénité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]