samedi, avril 20 2024

Ce 24 mars 2024, l’Assemblée nationale togolaise se trouve à l’aube d’une décision historique : l’adoption d’une nouvelle constitution pour la 5ème république, marquant un tournant décisif dans la trajectoire politique du pays. Cette réforme constitutionnelle propose une singularité, s’inspirant des réalités actuelles et s’adaptant à la vision d’un Togo prospère, en paix, et en développement continu.

En adoptant cette nouvelle constitution, le Togo montre la voie vers un avenir où la gouvernance est guidée par la transparence, la responsabilité, et l’engagement envers le bien-être de tous ses citoyens. C’est un appel à l’unité, au progrès, et à la prospérité, fondé sur les valeurs de démocratie et de respect mutuel. Les critiques se verront confrontés à un pays résolument tourné vers l’avenir, preuve irréfutable de l’engagement du Togo envers la démocratie et le développement.

Une évolution constitutionnelle majeure

Cette révision constitutionnelle introduit une innovation majeure : le mandat unique de six ans pour le Président de la République. Cette mesure est conçue pour renforcer la démocratie et la gouvernance, en limitant les risques de concentration de pouvoir et en favorisant le renouvellement politique. Le Président de la République, symbolisant désormais l’unité nationale et la cohésion, voit son rôle évoluer vers une figure de proue de l’État, tandis que le Président du Conseil des Ministres, chef de l’exécutif, porte la responsabilité de la conduite de la politique nationale.

Le cœur du système ne serait dans la fonction du Président de la République élu au suffrage universel direct mais se trouve au Parlement et plus particulièrement à l’Assemblée nationale puisque c’est d’elle que le chef du Gouvernement tirerait désormais toute sa légitimité.

L’histoire constitutionnelle du Togo témoigne d’une évolution vers un système parlementaire, jamais remis en question par référendum. Le 23 avril 1960, l’adoption d’une constitution instaurant un régime parlementaire a ouvert la voie à un gouvernement plus représentatif. Aujourd’hui, cette nouvelle formulation, adaptée aux besoins actuels du Togo, renforce encore la démocratie en établissant un mécanisme clair de redevabilité des gouvernants envers le peuple.

Lire Aussi : RÉVISION CONSTITUTIONNELLE AU TOGO : UNE FARCE POLITIQUE OU UNE STRATÉGIE DE RETRAITE ?

Vers un raffermissement de la démocratie

Le choix d’un régime parlementaire semble être d’une évidente modernité par rapport à un régime présidentialisé fondé sur la prépondérance du Président de la République. Cette modernité tient dans le fait déjà souligné de la constante collaboration entre l’exécutif et le législatif qui se traduit par un principe de responsabilité politique du gouvernement devant le Parlement.

L’innovation de cette constitution réside également dans la capacité accrue du gouvernement à être tenu responsable de ses actes devant l’Assemblée nationale. La limitation du mandat présidentiel à une période unique de six ans souligne l’engagement du Togo à prévenir la corruption et à garantir une gestion transparente et responsable du pouvoir. Les institutions de lutte contre la corruption sont désormais dotées de plus d’autonomie et de pouvoir pour poursuivre et sanctionner les actes répréhensibles. En conférant au parlement un rôle central dans la désignation du gouvernement, ce nouveau texte favorise une gouvernance plus représentative et réactive aux volontés des concitoyens, tout en renforçant la responsabilité et la reddition de comptes.

Cette constitution réaffirme le rôle du Président de la République comme garant de l’unité nationale et du respect de la Constitution, incarnant un leadership respectueux des principes démocratiques. Son adoption représente non seulement un pas vers une gouvernance plus responsable et transparente mais aussi l’inscription du nom du président actuel dans l’histoire du Togo comme un leader visionnaire ayant contribué à l’ancrage de la démocratie.

Previous

Crise alimentaire au Malawi : l'état de catastrophe naturelle décrété face à la sécheresse

Next

Investissements stratégiques : Le Gabon emprunte 1,3 milliard d'euros pour stimuler son développement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]