samedi, avril 20 2024

Le Malawi, pays d’Afrique australe, fait face à une crise alimentaire sans précédent suite à une période prolongée de sécheresse. Le président Lazarus Chakwera a décrété l’état de catastrophe naturelle dans une grande partie du pays, soulignant l’impact dévastateur de la sécheresse sur les cultures et la sécurité alimentaire. Cette situation préoccupante met en lumière les défis croissants liés aux phénomènes climatiques extrêmes dans la région.

La sécheresse persistante au Malawi a causé des ravages majeurs dans le secteur agricole. Près de deux millions de ménages agricoles ont été touchés par cette crise, tandis que 749 113 hectares de maïs, représentant près de la moitié de la superficie cultivée nationale, ont été endommagés. Cette situation met en péril la sécurité alimentaire de milliers de familles et soulève des préoccupations quant à l’approvisionnement en nourriture dans les mois à venir.

Sécheresse et dommages agricoles

Face à cette crise, le président Chakwera lance un appel urgent au secteur privé, à la diaspora et aux partenaires internationaux pour venir en aide aux populations affectées. Une quantité importante de maïs, évaluée à 600 000 tonnes et d’une valeur de 200 millions de dollars, est nécessaire pour répondre aux besoins alimentaires des districts touchés. Ceci dit la solidarité internationale est nécessaire pour faire face aux crises humanitaires liées au changement climatique.

Lire Aussi : PRÉSIDENTIELLE AU TCHAD: POLÉMIQUE AUTOUR DES CANDIDATURES REJETÉES ET APPELS AU BOYCOTT

La crise alimentaire au Malawi s’inscrit dans un contexte régional plus large, avec l’impact du phénomène climatique El Niño qui entraîne une augmentation des températures et des sécheresses dans toute l’Afrique australe. Les pays voisins comme la Zambie et le Zimbabwe sont également touchés, mettant en péril la sécurité alimentaire de millions de personnes. Cette situation souligne l’urgence d’adopter des stratégies durables pour faire face aux effets du changement climatique et garantir la sécurité alimentaire des populations vulnérables.

Previous

Présidentielle au Tchad: Polémique autour des candidatures rejetées et appels au boycott

Next

ADOPTION D'UNE NOUVELLE CONSTITUTION AU TOGO : UN PAS VERS UNE DEMOCRATIE RENOUVELEE ET PLUS FORTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]