jeudi, février 29 2024

Pour examiner une fois de plus le nouveau code électoral sénégalais, les députés ont été convoqués en séance plénière ce lundi 12 juillet. Malgré, les points de consensus obtenus quant aux modifications à apporter au nouveau code électoral sénégalais, des zones de divergences subsistent. Elles concernent principalement les dispositions L31 et L32.

Le nouveau code électoral sénégalais est la résultante du dialogue politique lancé en 2019 par le président Macky Sall. Ces textes ont pour finalité de créer d’ores et déjà les conditions favorables au bon déroulement des prochaines échéances électorales. Il s’agit entre autres les élections locales, les législatives et même la présidentielle de 2024. La première est prévue pour le 23 janvier 2022.

Un nouveau code électoral sénégalais contesté

Même si 25 points font consensus, certains amendements à apporter au nouveau code électoral ne font toujours pas l’unanimité. Cela concerne principalement les deux articles relatifs aux personnes condamnées pour des motifs comme l’escroquerie ou la corruption. En conséquence, ceux-ci se retrouvent dans l’incapacité de jouir de leurs droits civiques.

Sont donc visés par ces dispositions, Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade. En 2015, il a été condamné pour enrichissement illicite. L’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall sera aussi privé de participer à la prochaine fête électorale. Il a été condamné lui aussi à cinq ans de prison pour escroquerie.

A lire aussi: CODE ÉLECTORAL AU SÉNÉGAL: UN PROJET DE LOI SOUMIS À L’EXAMEN DE L’ASSEMBLÉE CE JEUDI

Une mobilisation de l’opposition

Face à ces nouvelles dispositions, l’opposition y voit une machination du président sénégalais Macky Sall pour écarter ses potentiels adversaires. C’est-à-dire une entorse à la démocratie. Alors, elle ne compte pas laisser faire. Elle entend se mobiliser dans les prochains jours contre ces mesures.

« Nous demandons par conséquent à nos sympathisants, à nos militants et à toutes les forces vives de la nation à se tenir prêts et à rester à l’écoute des leaders », interpelle déjà Pape Sarr, le secrétaire général du M2D. « Très prochainement, les mots d’ordres seront annoncés », a-t-il rajouté.

A lire aussi: ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNÉGALAISE: BRAS DE FER ENTRE OPPOSITION PARLEMENTAIRE ET MAJORITÉ

 

El Professor

 

Previous

Afrique du Sud: l'incarcération de Jacob Zuma met le feu aux poudres

Next

Violences en Afrique du Sud : le président Ramaphosa se montre très ferme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]