samedi, mars 2 2024

L’assemblée nationale sénégalaise a été le théâtre ce vendredi 25 juin 2021, d’une forte divergence d’opinions entre majorité et opposition parlementaire. Au cœur de ces remous, des projets de modification du Code pénal et du Code de procédure pénale soumis aux députés.

Ces nouveaux textes sont interprétés diversement par les deux parties en présence. Ce qui a donc alimenté intensément le conflit. Pour le camp majoritaire, il ne s’agit que de nouvelles mesures visant à renforcer davantage la lutte contre le terrorisme. L’opposition quant à elle, évoque une large restriction du droit à manifester. Pour éviter tout débordement, un important dispositif sécuritaire a même été déployé aux abords de l’assemblée nationale sénégalaise.

Une lutte plus efficace contre le terrorisme

S’il y a un fléau qui gangrène sérieusement la sous-région ouest africaine, c’est le terrorisme. Et c’est contre lui que le gouvernement sénégalais voudrait davantage s’armer afin de mieux protéger les citoyens. Alors, il lui est nécessaire de faire une mise à jour des textes afférents à cette matière. Ceux-ci portent notamment sur le financement du terrorisme ou encore la piraterie maritime.

Pour le groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar, l’opposition serait en tort. Elle ne chercherait qu’à jeter du discrédit sur les projets à examinés et à créer de la désinformation systématique. D’où ces tensions à l’assemblée nationale sénégalaise. Quoi qu’il en soit le véritable enjeu demeure le terrorisme qui monte en puissance.

A lire aussi: SÉNÉGAL: LA TENSION EST ENCORE VIVE ENTRE LE CAMP SONKO ET LE GOUVERNEMENT

Une assemblée nationale sénégalaise divisée

Selon l’opposition, ces nouveaux projets de loi constituent un prétexte pour les museler davantage en ce qui concerne leur liberté de manifester. Elle estime que ces nouvelles règles serviraient à restreindre leur champ d’action. Car disent-ils, les troubles à l’ordre public ne doivent pas du tout être assimilés au terrorisme.

Et c’est cette perception que tente de donner la majorité à ces projets de modification sur la définition d’association de malfaiteurs et la définition des actes terroristes. L’opposition parlementaire estime par ailleurs que ces textes sont liberticides. Chose qu’elle ne saurait cautionner. Pour l’instant le calme semble revenu à l’assemblée nationale sénégalaise. Les prochains jours nous aviserons sur les postures des deux parties.

Autre sujet intéressant : CHÔMAGE AU SÉNÉGAL: RAS LE BOL DES JEUNES DE KÉDOUGOU

Sandrine A

Previous

SHARE AFRICA : la plateforme lance son forum digital « Afrique positive, Afrique du XXIe siècle »

Next

Mali: Boubou Cissé ne fait plus mystère de ses ambitions politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]