vendredi, février 23 2024

Les autorités de la transition peuvent compter davantage sur le fervent soutien de sa population dans sa rude bataille contre la communauté internationale sur certains sujets épineux. C’est ce qui ressort nettement de la manifestation du vendredi 29 octobre 2021, sur la place de l’indépendance de Bamako.

L’évènement a connu la participation de nombreux maliens. Cette manifestation de soutien aux putschistes a été organisée par mouvement Yerewolo. Ce dernier déplore surtout l’implication de de la communauté internationale dans les affaires internes du Mali. Un excès facilement qualifiable d’ingérence.

Une manifestation pour faire baisser la pression

Selon les organisateurs de la manifestation, témoigner leur soutien aux militaires au pouvoir est totalement chose normale. Car le colonel Assimi Goïta et ses collaborateurs subissent une pression injustifiée de la part de la communauté internationale et même de la Cédéao. Ces organisations bafouent la souveraineté du Mali et tentent seulement de dissuader les autorités à entrevoir un quelconque lien avec la société russe Wagner.

En clair, elles auraient outrepassé leur fonction. Alors tant que la souveraineté de l’Etat malien ne sera pas respectée, les manifestants comptent toujours envahir les rues. « C’est aux Maliens de décider de leur sort ! Personne d’autre ne décidera de notre sort à notre place », a indiqué un manifestant.

Lire aussi: EXPULSION AU MALI: HAMIDOU BOLY A « 72 HEURES POUR QUITTER » LE PAYS

Trop c’est trop

Pour Pape Diallo, secrétaire à la communication du mouvement Yerewolo, s’en est trop du zèle de cette communauté internationale. Il estime par ailleurs qu’il est temps pour les maliens de refuser le diktat de la France et de la Cédéao qui n’a que trop duré. En bref l’Etat malien doit être davantage respecté dans ses choix et décisions internes.

A travers leur manifestation, les populations maliennes exigent également le départ des forces étrangères présentes dans le pays. Cela devrait permettre la venue d’autres partenaires comme la société russe Wagner. Cette dernière est assez décriée pour ses méthodes, de même que des exactions commises dans certains Etats où ils sont déjà présents.

« En fait, nous voulons montrer aussi au monde entier que, vraiment les Maliens sont unis et déterminés à soutenir cette transition », a clamé un autre manifestant.

El Professor

Previous

Transition en Guinée: la Cédéao réitère son accompagnement

Next

Crise au Soudan: le général Burhan dans la tourmente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]