lundi, février 26 2024

Les autorités de la transition peuvent compter davantage sur le fervent soutien de sa population dans sa rude bataille contre la communauté internationale sur certains sujets épineux. C’est ce qui ressort nettement de la manifestation du vendredi 29 octobre 2021, sur la place de l’indépendance de Bamako.

L’évènement a connu la participation de nombreux maliens. Cette manifestation de soutien aux putschistes a été organisée par mouvement Yerewolo. Ce dernier déplore surtout l’implication de de la communauté internationale dans les affaires internes du Mali. Un excès facilement qualifiable d’ingérence.

Une manifestation pour faire baisser la pression

Selon les organisateurs de la manifestation, témoigner leur soutien aux militaires au pouvoir est totalement chose normale. Car le colonel Assimi Goïta et ses collaborateurs subissent une pression injustifiée de la part de la communauté internationale et même de la Cédéao. Ces organisations bafouent la souveraineté du Mali et tentent seulement de dissuader les autorités à entrevoir un quelconque lien avec la société russe Wagner.

En clair, elles auraient outrepassé leur fonction. Alors tant que la souveraineté de l’Etat malien ne sera pas respectée, les manifestants comptent toujours envahir les rues. « C’est aux Maliens de décider de leur sort ! Personne d’autre ne décidera de notre sort à notre place », a indiqué un manifestant.

Lire aussi: EXPULSION AU MALI: HAMIDOU BOLY A « 72 HEURES POUR QUITTER » LE PAYS

Trop c’est trop

Pour Pape Diallo, secrétaire à la communication du mouvement Yerewolo, s’en est trop du zèle de cette communauté internationale. Il estime par ailleurs qu’il est temps pour les maliens de refuser le diktat de la France et de la Cédéao qui n’a que trop duré. En bref l’Etat malien doit être davantage respecté dans ses choix et décisions internes.

A travers leur manifestation, les populations maliennes exigent également le départ des forces étrangères présentes dans le pays. Cela devrait permettre la venue d’autres partenaires comme la société russe Wagner. Cette dernière est assez décriée pour ses méthodes, de même que des exactions commises dans certains Etats où ils sont déjà présents.

« En fait, nous voulons montrer aussi au monde entier que, vraiment les Maliens sont unis et déterminés à soutenir cette transition », a clamé un autre manifestant.

El Professor

Previous

Transition en Guinée: la Cédéao réitère son accompagnement

Next

Crise au Soudan: le général Burhan dans la tourmente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]