mercredi, mai 22 2024

En Ouganda tout comme dans d’autres pays du monde, le groupe État Islamique continue de faire des grands ravages. Le mouvement terroriste s’est illustré cette fois ci, le mardi 16 novembre, avec des attentats-suicides dans la capitale, Kampala. Le bilan fait état de six morts et 33 blessés. Les chiffres pourraient s’alourdir dans les prochains jours.

Pour la police ougandaise, une fois de plus, les ADF (Forces démocratiques alliés), seraient à l’origine de cet attentat. Elle estime moins pertinente la revendication faite par le groupe État Islamique. Les populations quant à elles sont encore sous le choc de la nouvelle méthode déployée par l’État Islamique pour semer sa terreur.

Un nouveau mode opératoire du groupe État Islamique

Pour déjouer d’éventuels autres attentats en Ouganda, le gouvernement va devoir redoubler de vigilance et cerner la nouvelle façon de procéder des terroristes. Pour commettre leur forfaiture, les assaillants du groupe État Islamique portaient des sacs à dos remplis d’explosifs. C’est ce qu’ont révélé les vidéos de surveillance. Etaient visés par ces attentats-suicides le commissariat central de Kampala et le parlement.

« Je pense que ceux qui sont derrière ces attaques veulent montrer qu’ils sont capables de s’en prendre à des installations importantes et bien gardées, des installations liées aux services de sécurité ou à l’État », a expliqué le chercheur ougandais Frederick Golooba-Mutebi.

Une réaction prudente

Selon le chercheur ougandais, la police sans preuves suffisantes devrait avoir plus de retenue dans ses accusations contre les rebelles des ADF. Elle doit faire preuve de professionnalisme en s’attelant à établir des recherches sur d’autres organisations pouvant commettre des actions de cette même envergure.

« Je ne me rappelle pas que les ADF aient récemment revendiqué ce genre d’attaques. Mais ce qui est vrai, c’est qu’à chaque fois qu’il y a un attentat, la police fait porter la responsabilité aux ADF », a déploré Frederick Golooba-Mutebi. Par ailleurs, le chercheur ougandais estime que le groupe État Islamique cherche par ces attentats-suicides à déstabiliser le gouvernement en place et à montrer ses failles sécuritaires.

Lire aussi : OUGANDA: LA CRISE DU COVID-19 FRAGILISE ENCORE LA REPRISE DU SECTEUR TOURISTIQUE

 

Sandrine

Previous

Côte d’Ivoire: le FPI de N’Guessan prend un nouveau départ

Next

Manifestations à Khartoum: le bras de fer sanglant entre civils et militaires se poursuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Rencontre historique entre les présidents Ouattara et Faye

Rencontre historique entre les présidents ivoirien et sénégalais à Abidjan

Investigateur Africain

Le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye a poursuivi sa série de visites en Afrique de l’Ouest en rencontrant son homologue ivoirien Alassane Ouattara à Abidjan. Cette rencontre, qui fait suite à des visites en Mauritanie, en Gambie et en Guinée-Bissau, revêt une importance particulière pour les deux pays et pour la sous-région ouest-africaine. Cette rencontre […]

Hinda Bazoum: « C'est bien lui le commanditaire du putsch »

Niger : « C’est bien lui le commanditaire du putsch », lâche cette dame

Investigateur Africain

Dans une interview exclusive accordée à un média international, elle brise le silence et lance un cri d’alarme. Hinda Bazoum, l’une des cinq enfants du président nigérien Mohamed Bazoum exprime sa détresse face à la séquestration prolongée de ses parents, le président Mohamed Bazoum et son épouse. Ces derniers sont séquestrés à Niamey depuis neuf […]

Trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire : Des peines exemplaires pour les narcotrafiquants !

Trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire : Des peines exemplaires pour les narcotrafiquants !

Investigateur Africain

Une affaire de trafic international de cocaïne en Côte d’Ivoire vient de connaître son dénouement avec des verdicts sévères prononcés à l’encontre de plusieurs accusés. Ce 7 mai 2024, le Pôle pénal économique d’Abidjan a rendu son jugement, condamnant 13 individus à la peine maximale de 10 ans de prison. Un coup de filet majeur […]