samedi, avril 20 2024

Depuis le mois de juin dernier, le port de Ziguinchor, important point de liaison maritime entre Dakar et la Casamance, est à l’arrêt, plongeant la région dans une crise économique majeure. Cette suspension, décidée après des émeutes consécutives au procès de l’opposant Ousmane Sonko, a eu des répercussions désastreuses sur l’activité portuaire, privant la région de son principal moyen d’approvisionnement en marchandises et de sortie pour ses produits agricoles et de pêche.

Le blocage du port de Ziguinchor a paralysé toute l’activité économique régionale, causant des pertes considérables pour les entreprises et les travailleurs locaux. Les dockers, comme Lamine Diedhiou, témoignent de leur désarroi face à cette situation qui perdure, entraînant chômage et désespoir. Malamine Mané, président d’une entreprise de manutention, déplore l’impact sur le recrutement et l’emploi dans un secteur pourtant vital pour la région. La suspension des liaisons maritimes a également affecté le secteur de la pêche, comme en témoigne Kébé Samb, qui voit ses activités fortement compromises par l’absence de débouchés vers Dakar.

Une crise économique majeure et des difficultés d’approvisionnement à Ziguinchor

Le blocage du port de Ziguinchor a engendré une crise d’approvisionnement sans précédent dans la région, avec des conséquences directes sur les marchés locaux. Les produits en provenance de Dakar se font rares, notamment les légumes, impactant la disponibilité et les prix des denrées alimentaires. Les alternatives, telles que le transport aérien via l’aéroport de Cap Skirring ou le transport terrestre, sont jugées moins efficaces et plus coûteuses, accentuant les difficultés logistiques et économiques pour les habitants et les entreprises de la région.

Lire Aussi :  TENSIONS PERSISTANTES AU SÉNÉGAL : LA SOCIÉTÉ CIVILE MAINTIENT LA PRESSION CONTRE LE REPORT DE LA PRÉSIDENTIELLE

Malgré les annonces de reprise prochaine des liaisons maritimes faites par le Premier ministre lors de sa visite à Ziguinchor le mois dernier, aucune date précise n’a encore été fixée. Les autorités locales et les acteurs économiques appellent à une intervention urgente de l’État pour soutenir l’économie régionale et permettre la relance des activités portuaires. Les travaux de maintenance annoncés semblent être une lueur d’espoir pour une reprise du trafic maritime, mais l’urgence de la situation nécessite des mesures concrètes et immédiates pour atténuer les conséquences désastreuses de ce blocage prolongé.

 

Sandrine A.

Previous

L'Alliance des États du Sahel et la Création d'une Confédération : Pertinence et Interrogations

Next

Desert to Power : Les États du Sahel embrassent l'énergie renouvelable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]