samedi, avril 20 2024

La tension persiste au Sénégal alors que la société civile continue de manifester son mécontentement suite au report de la présidentielle annoncé par le président Macky Sall. À dix jours de cet événement majeur, l’absence de signe de rétractation de la part du président soulève des inquiétudes quant à l’avenir politique du pays.

Toutefois, des efforts sont en cours pour résoudre la crise, avec des discussions en coulisses et des initiatives de médiation émanant de personnalités influentes comme Pierre Goudiaby Atepa. Ce dernier se positionne comme facilitateur, répondant à une demande émanant du président Macky Sall lui-même.

Des pourparlers en cours pour apaiser les tensions

Malgré l’absence de réaction formelle de la part du président Macky Sall quant au report de la présidentielle, des démarches sont entreprises pour trouver des solutions et apaiser les tensions. Le facilitateur Pierre Goudiaby Atepa joue un rôle crucial dans ce processus en organisant des échanges entre le pouvoir et l’opposition. Ces pourparlers visent à trouver un consensus pour sortir de l’impasse politique actuelle.

« [Le calendrier] originel, ce n’est pas possible. Glissé, oui, pourquoi pas. Si pour avoir la paix et pour avoir des élections qui incluent tout le monde, il faut faire une petite glissade, encore une fois, au mois de mai, nous pensons que c’est raisonnable. Mais en tout cas, ce qui est clair, c’est que les Sénégalais veulent la paix, et il ne faudrait pas qu’on s’accroche sur une date qui est là et dont tout le monde sait qu’on ne peut pas la respecter. Donc il faut encore une fois que les uns et les autres mettent un peu d’eau dans leur bissap et moi, je mettrai un peu d’eau dans mon vin », a indiqué Pierre Goudiaby Atepa. Pendant ce temps, la société civile prévoit de nouvelles manifestations dans les jours à venir pour maintenir la pression sur le gouvernement et exiger des élections anticipées.

Les efforts de médiation et de dialogue se multiplient alors que le Sénégal cherche à éviter une escalade de la crise. Les discussions en coulisses entre les différentes parties politiques et la société civile sont essentielles pour trouver des solutions durables et restaurer la stabilité dans le pays. Toutefois, ces efforts doivent être accompagnés d’une volonté politique réelle de toutes les parties impliquées pour parvenir à un compromis acceptable par tous. En parallèle, la société civile reste déterminée à faire entendre sa voix à travers des manifestations pacifiques, affirmant ainsi son rôle crucial dans le processus démocratique et son engagement en faveur de la tenue d’élections libres et équitables.

Lire Aussi :  SÉNÉGAL : L’OPPOSITION UNIE CONTRE LE REPORT DE LA PRÉSIDENTIELLE

Mobilisation de la société civile : nouvelles manifestations en vue

La société civile sénégalaise demeure mobilisée face à la crise politique qui secoue le pays. Des organisations telles que le Mouvement des détenus et la plate-forme Aar Sunu Élection prévoient de nouvelles manifestations pour exprimer leur mécontentement et maintenir la pression sur le gouvernement. Ces manifestations visent à dénoncer les arrestations arbitraires et à exiger la tenue des élections avant la fin du mandat présidentiel. Malgré les risques associés à ces actions, la société civile reste déterminée à défendre ses droits démocratiques et à participer activement au processus politique.

Le climat reste tendu alors que le pays pleure déjà les victimes des récentes manifestations. Les décès survenus lors des protestations rappellent l’urgence de trouver une solution pacifique à la crise politique en cours. La pression exercée par la société civile, combinée aux efforts de médiation en cours, pourrait contribuer à dénouer la situation et à ouvrir la voie à un dialogue constructif entre toutes les parties prenantes. La priorité absolue demeure la préservation de la paix et de la stabilité au Sénégal, afin de garantir un avenir démocratique et prospère pour tous ses citoyens.

 

Tony A

Previous

Terrorisme au Burkina Faso : Diallo Abdoul Djabarou et ses complices éliminés

Next

L'Alliance des États du Sahel et la Création d'une Confédération : Pertinence et Interrogations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]