jeudi, mai 30 2024

Déjà assez insuffisante, l’aide humanitaire au Tigré connait ces derniers jours des complications. Celles-ci résultent de la récente reprise de la capitale Mekele par les rebelles tigréens. Par ailleurs, un pont hautement stratégique a été détruit. Ce qui rend encore plus complexe l’accessibilité de l’aide humanitaire pour les populations.

Les organisations en charge de délivrer l’aide humanitaire au Tigré quant à elles, craignent le pire. Ceci du fait que les populations manquent de tout. Si les combats continuent la situation pourrait davantage être désastreuse.

Une sortie de crise encore lointaine

Bien que les autorités d’Addis-Abeba aient décrété un cessez le feu unilatérale, la situation reste encore tendue au Tigré. Les forces de défense tigréennes restent déterminer à en finir avec le pouvoir fédérale.

Alors la demande de paix temporaire est jusque-là passée sous silence. En conséquence, les ONG ont du mal à acheminer l’aide humanitaire au Tigré à l’endroit des populations.

« Le gouvernement doit montrer sa volonté d’appliquer un cessez-le-feu humanitaire, qu’il a une volonté de travailler avec le TPLF », a expliqué William Davison, chercheur d’International Crisis Group et spécialiste de l’Éthiopie. La même démarche doit être initiée vers la communauté internationale et les humanitaires pour une solution définitive au conflit.

A lire aussi: ETHIOPIE: LES REBELLES TIGRÉENS DÉLOGENT L’ARMÉE FÉDÉRALE

Un principal axe d’acheminement de l’aide humanitaire au Tigré bloqué

De plus, la destruction du pont sur la rivière Tekeze, un axe très important pour l’acheminement de l’aide humanitaire au Tigré, ne facilite pas non plus la tâche aux humanitaires. Ceci d’autant plus que tous les accès au Tigré sont fermés. Alors plusieurs camions de l’ONU sont dans la difficulté d’entrer dans cette région du nord de l’Ethiopie.

Contrairement aux attentes, le libre accès promis aux ONG pour venir en soutien aux populations semble être un leurre sur le terrain. Le blocus est plutôt palpable. Des réflexions sont donc menées pour trouver des alternatives au plus vite. Car depuis le début de ce conflit en novembre 2020 ce sont les populations qui en pâtissent.

A lire aussi: ETHIOPIE: LES CIVILS, PRINCIPALES VICTIMES DU CONFLIT AU TIGRÉ

El Professor
Mot Clé : aide humanitaire au Tigre

Previous

Bénin: des transgenres agressés, la justice réagit

Next

Insécurité au Burkina Faso: les populations envahissent les rues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]