samedi, février 24 2024

Depuis quatre jours, Bangui la capitale Centrafricaine est devenue le Far ouest, où les vendeurs à la sauvette font leur loi. Et pour cause, une pénurie de carburant qui paralyse véritablement les populations. Celles-ci sont obligées de composer avec les seules solutions qui s’offrent à elles pour le moment afin de pouvoir se déplacer.

C’est dans cette dynamique circonstancielle qu’interviennent les vendeurs à la sauvette. Ces derniers ont pris d’assaut le bord des routes et ont exposés des bidons remplis d’essence qu’ils vendent à des prix exorbitant fixés de leur propre gré. Pour le moment les autorités n’ont pas encore réagi.

Les raisons de la pénurie

A Bangui, dans toutes les stations-services, le mal est le même : un manque de carburant. Les usagers font face à une rupture généralisée de produits pétroliers. Et la seule alternative qu’ont les populations c’est de se tourner malheureusement vers les vendeurs à la sauvette, qui conscients du manque généralisé, proposent des prix assez élevés.

Qu’est ce qui a pu provoquer cette nouvelle pénurie ? Il faut le rappeler, depuis quelques jours, le personnel de la Société centrafricaine des transports fluviaux (Socatraf) a entamé une grève de 21 jours, qui prendra fin le 4 mai. Les travailleurs réclament de la Socatraf le paiement de trois mois d’arriérés de salaire et les primes de transports journaliers.

Alors comme on pouvait s’y attendre ladite grève n’est pas restée sans impact sur l’approvisionnement du pays en produits pétroliers. « Ça va avoir un impact directement sur la préparation de la prochaine campagne de navigation, parce que notre principale activité, ici, c’est le ravitaillement du pays en hydrocarbure, donc on doit faire un travail de préparation au niveau de la Socatraf », alertait Emmanuel Koffi, capitaine de bateau à la Socatraf.

Lire Aussi : PRIX DES CARBURANTS : LES CENTRAFRICAINS SUBISSENT UNE IMPORTANTE HAUSSE

Une aubaine pour les vendeurs à la sauvette

Pour les vendeurs à la sauvette, cette situation est une aubaine. Alors ils profitent pour augmenter les tarifs de manière anarchique. Ils proposent le litre d’essence à un prix variable entre 2 000 et 2 500 francs CFA (entre 3 euros et 3,81 euros, Ndlr) au lieu de 1 300 francs CFA (1,98 euro). « Au niveau du PK12, ils vendaient là-bas à 2 500. Et ici, c’est 2 650 », explique Tarsis.

En attendant une véritable résolution de cette crise, les transports sont pour l’heure vivement paralysés. « J’ai du mal vraiment à trouver un moyen de transport pour sortir et aller travailler. Cette crise est en train de paralyser toute la ville de Bangui. En ce moment, les prix des [trajets en] motos varient de 300 à 350 pour peut-être une course de moins de 5 kilomètres, ce qui est déjà exorbitant par rapport à d’habitude », déplore Georges.

 

Tony A

Previous

Elections générales au Gabon : l'opposition demande davantage d'équité

Next

Investir au Niger : le message de Mahamadou Ouhoumoudou aux chefs d’entreprises français

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]