dimanche, juillet 21 2024

Dans la nuit de samedi au dimanche 10 juillet, les sud-africains ont de nouveau été sous le choc d’une nouvelle tuerie. Le drame s’est produit tard la nuit, dans des bars de quartiers populaires. Notamment dans une taverne de Soweto et Pietermaritzburg, près de Durban. Le bilan fait état de 19 morts et plusieurs blessés.

Pour le moment les circonstances entourant cette tuerie sont encore floues. Selon le gouvernement, au dernier trimestre 2021, la criminalité s’est aggravée en Afrique du Sud. Soit une hausse de 8,9% en ce qui concerne les meurtres par rapport à l’année précédente. Le pays figure même parmi les plus violents au monde. Par conséquent, cette nouvelle tuerie, n’est que la preuve éloquente de l’insécurité galopante dans le pays.

Une tuerie de plus en Afrique du Sud

D’après la police, la tuerie a été soudaine. Des individus non encore identifiés, armées de fusils et de pistolets ont ouvert le feu sur les clients d’un bar à Soweto. La même stratégie aurait été également déployée dans une taverne de Pietermaritzburg.

« Ils sont arrivés et ont tiré sur les gens qui s’amusaient », a indiqué Mme Nonhlanhla Kubheka, commandante du commissariat d’Orlando. Et de poursuivre, « la police a été appelée dans la nuit, vers 00h30. Quand nous sommes arrivés sur place, douze personnes étaient mortes, portant des blessures par balles », a-t-elle précisé.

Quant aux onze blessés de la tuerie, ils ont été transportés à l’hôpital. Malheureusement deux d’entre eux y sont décédés, ce peu après leur arrivée.

Lire aussi : CHÔMAGE EN AFRIQUE DU SUD : LE GOUVERNEMENT DE CYRIL RAMAPHOSA REMPORTE UNE BATAILLE

Une impuissance de la police

Pour les populations ces deux tueries relèvent surtout de l’inaction de la police sud-africaine. Car ces violences sont déjà assez récurrentes et rien n’est fait pour pallier correctement au phénomène. La circulation aisée des armes à feu illégales est source de cette insécurité galopante.

Alors la colère montre contre le gouvernement et le ministère de la police, principalement accusé. « Je suis très, très en colère. Le ministre de la police et le président sont venus ici l’année dernière. On leur parlé de la criminalité dans le quartier et ils nous ont promis d’arranger les choses. Mais on n’a encore rien vu », a exprimé un habitant.

Pour pouvoir arrêter les auteurs de cette tuerie, une enquête a été ouverte par la police. Elle convie par ailleurs, les populations à collaborer afin de vite retrouver les coupables et de les punir conformément à loi.

 

Sandrine A

Previous

Droits LGBT : le Togo maintient sa position

Next

Togo: La LCT annonce un investissement de 50 millions d'euros au Port Autonome de Lomé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]