jeudi, avril 18 2024

Un village du nord du Burkina Faso a été le théâtre d’un massacre perpétré par des hommes en tenue de l’armée nationale, selon les déclarations du procureur de Ouahigouya. Le bilan est lourd avec environ 60 personnes tuées et plusieurs autres blessées. Les auteurs présumés (jihadistes) ont emporté divers biens avant de s’enfuir.

Le procureur du tribunal de grande instance de Ouahigouya a annoncé avoir donné les instructions nécessaires pour élucider ces faits et interpeller toutes les personnes impliquées. Il a également lancé un appel à toutes les personnes qui disposeraient d’informations sur ces faits à les dénoncer.

Les auteurs présumés arboraient des tenues de l’armée nationale

Selon des habitants joints par l’AFP, des rescapés ont affirmé que plus d’une centaine de personnes à bord de motocyclettes et de pickup ont fait une descente dans le village de Karma. Des dizaines d’hommes et de jeunes ont été exécutés par des hommes vêtus de tenues militaires. Les survivants ont évoqué un bilan « avoisinant les 80 morts ».

Ce massacre est intervenu une semaine après la mort de six soldats et 34 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs civils de l’armée) tués lors d’une attaque de jihadistes présumés près du village d’Aorema, à une quinzaine de kilomètres de Ouahigouya.

Lire Aussi :  BURKINA FASO : FIN OFFICIELLE DES OPÉRATIONS DE LA TASK FORCE SABRE

Une spirale de violences jihadistes

Le village de Karma se trouve à une quarantaine de kilomètres de celui d’Aorema, proche de la frontière malienne, et attire de nombreux orpailleurs illégaux. Le Burkina Faso, théâtre de deux coups d’Etat militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans une spirale de violences jihadistes apparues au Mali et au Niger quelques années auparavant et qui s’est étendue au-delà de leurs frontières.

Les violences ont fait depuis sept ans plus de 10 000 morts, civils et militaires, selon des ONG, et environ deux millions de déplacés. Le président de transition du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir par un putsch en septembre 2022, a signé mercredi un décret de « mobilisation générale » d’une durée d’un an, permettant si besoin la réquisition des « jeunes de 18 ans et plus » pour aller lutter contre les jihadistes qui ensanglantent le pays.

 

La Rédaction

Previous

Intenses combats au Soudan : Khartoum se vide de ses habitants

Next

Digitalisation des entreprises : la CCI-Togo lance le projet Lon’ Kèlèw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]