jeudi, avril 18 2024

Les opérations des forces françaises de la Task force Sabre au Burkina Faso est terminée. La démarche officielle de ce retrait a été effectuée le samedi 18 février 2023. C’était au camp militaire de Kamboinsin, là où étaient stationnées les forces spéciales françaises, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Soulignons que ce départ des militaires français de la Task force Sabre au Burkina Faso est motivée par une décision des autorités de la transition il y a de cela un mois. Elles dénoncent l’accord de 2018 encadrant le stationnement des forces spéciales françaises au Burkina Faso.

La Task force Sabre quitte le sol burkinabè

Pour marquer la fin officielle des opérations de la Task Force Sabre à partir du sol burkinabé, une cérémonie solennelle de descente de drapeaux a été effective. Elle a été présidée par le colonel Adam NERE, Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, représentant le Chef d’État-Major Général des Armées et le lieutenant-colonel Louis Lecacheur, représentant le Commandant de la Task Force Sabre.

Actuellement, une grande partie des personnels de la Task Force Sabre a déjà quitté le territoire. Sont encore sur place les logisticiens, chargés d’assurer l’évacuation du matériel restant. « Le désengagement des équipements et matériels restants de Sabre sera finalisé par une équipe de logisticiens déployés à cet effet, selon un chronogramme défini en accord avec l’Etat-Major Général des Armées », a indiqué le communiqué du gouvernement de la transition burkinabè.

Lire Aussi : RETRAIT DES TROUPES FRANÇAISES AU BURKINA : LE PRÉSIDENT TRAORÉ CONFIRME

Un départ vivement souhaité

Du coté des populations, ce départ de la Task Force Sabre, est vécu avec un grand soulagement car il était vivement attendu. « Vive la souveraineté nationale. Nous avons de vaillants soldats pour défendre la patrie. Allez-vous-en donc force d’occupation et impérialiste française », a exprimé boubakar, un citoyen.

Cet état d’esprit est également partagé par d’autres personnes qui croient en la capacité de l’armée nationale à vaincre le terrorisme. « Maintenant nous prendrons à bras le corps la sécurisation de notre territoire en tant que pays souverain », a affirmé pour sa part Vincent. « Nos Vaillants FDS peuvent parfaitement assurer notre sécurité efficacement, nous n’en doutons point ! Détermination et persévérance, la victoire assurée ! », a-t-il soutenu.

 

El Professor

Previous

Cameroun : Franck Biya, le fils du président Paul Biya, victime d'une tentative d'empoisonnement ?

Next

Gouvernance digitale : plus de papier pour les titres fonciers au Rwanda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]