mardi, juillet 23 2024

Ce n’est plus une rumeur, les troupes françaises sont appelées à quitter le sol Burkinabè dans un délai d’un mois. L’information rendue publique il y a quelques jours par L’AIB, l’Agence d’information du Burkina, est confirmée officiellement ce lundi 23 janvier par le porte-parole du gouvernement Jean-Emmanuel Ouedraogo.

Ces derniers mois au Burkina Faso, les protestations contre la présence des troupes françaises se sont faites multiples. Notons qu’actuellement, 400 soldats français des Forces spéciales sont présents sur le territoire du Burkina Faso.

Un départ des troupes françaises exigé

Selon Jean-Emmanuel Ouedraogo, le gouvernement a bel et bien demandé le départ des des troupes françaises basées dans le pays. Cette décision est surtout motivée par la dénonciation de l’accord de 2018 « relatif au statut des forces armées françaises ». D’ailleurs, une lettre a été envoyé par le ministère des Affaires étrangères burkinabè aux autorités françaises.

« Ce que nous dénonçons c’est l’accord qui permet aux forces françaises d’être présentes au Burkina Faso. Il ne s’agit pas de la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France», a précisé Jean-Emmanuel Ouedraogo, dans une interview à la Radio-Télévision du Burkina (RTB).

Lire Aussi : BURKINA FASO : LE GOUVERNEMENT DE TRANSITION DIVERSIFIE SES PARTENAIRES

Une réponse à Macron

Suite aux annonces de départ présumé des troupes françaises du Burkina Faso, Paris n’a pas officialisé sa réception de la lettre envoyée par les autorités du Burkina. Alors Cette sortie médiatique du gouvernement burkinabè vient en réponse à la demande de clarification attendue par le président français Emmanuel Macron.

« J’attends que le président de transition Traoré puisse s’exprimer, parce que j’ai compris que les messages qui étaient sortis à ce stade relevaient d’une grande confusion, celui-ci étant en déplacement hors de la capitale. Donc, je pense qu’il faut garder beaucoup de prudence, et veiller à ce qui est une spécialité de certains dans la région, qui peuvent avoir partie liée au demeurant avec ce que nous vivons en Ukraine, à savoir [que] nos amis russes ne fassent pas de manipulation. Nous attendons des clarifications de la part de M. Traoré sur ce sujet », avait déclaré le président français.

 

El Professor

Previous

Interdiction d’importer des pneus d’occasion : les transporteurs sénégalais réagissent

Next

Investir en Afrique : la Zlecaf un marché à fort potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]