mercredi, mai 29 2024

Hier jeudi 8 décembre, le gouvernement de transition a pris une importante décision. Il a en effet décidé de confier l’exploitation d’une nouvelle mine d’or à la société russe Nordgold. Ce choix s’inscrit dans la droite ligne de la politique de diversification impulsée par les autorités de la transition.

La semaine dernière, le site de Bomboré a été confié au groupe canadien Orezone. Cette fois ci c’est au tour de Nordgold de se retrouver en bonne posture avec ce nouveau gisement. Notons que la société russe est déjà présente sur trois sites dans le pays à travers ses filiales. Ayant interrompu momentanément ses activités, elle semble reprendre progressivement.

Un important gisement octroyé à Nordgold

Selon le gouvernement, accorder un permis d’exploitation à la société russe Nordgold pour le site Yimiougou dans la commune de Korsimoro serait vraiment bénéfique pour le pays. Cette mine devrait produire 2,53 tonnes d’or et générer 5,3 milliards de francs CFA (8,1 millions d’euros) pour l’État.

En quatre ans, le site de Yimiougou devrait également générer 648 millions de francs supplémentaires (soit 1 million d’euros). Ces fonds sont censés concourir à l’accroissement du fonds minier de développement local. Ceci d’autant plus que le secteur minier a à lui tout seul représente plus de 10 % des richesses du pays.

Lire Aussi : COOPÉRATION : « LA FRANCE N’ABANDONNE PAS LE BURKINA FASO », RASSURE LUC HALLADE

Des sites sous la menace terroriste

Même si cette nouvelle rassure, des obstacles seront à surmonter obligatoirement de part et d’autre. Soulignons-le, comparativement à l’an dernier, le Burkina Faso pourrait produire 13% d’or en moins. Cette baisse de la production est due à l’insécurité qui menace le pays depuis quelques années déjà. Les sites miniers sont souvent pris d’assaut par les groupes terroristes.

Par ailleurs, du fait de la dégradation des conditions de sécurité et du risque terroriste, le groupe russe Nordgold avait stoppé son exploitation aurifère de la Somita et celui du site de Taparko. Elle estimait que malgré ses investissements coûteux en termes de sécurité, les menaces étaient chaque jour plus fortes. Par conséquent, il était nécessaire de protéger le personnel constamment en danger.

 

El Professor

Previous

Benin : le gouvernement prend des mesures de revalorisation des salaires des agents de l’Etat

Next

Manifestations du 20 octobre au Tchad : Plusieurs prisonniers libérés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]