mercredi, mai 29 2024

Dans le cadre du processus de digitalisation de l’économie togolaise, la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du-Togo a lancé ce mardi 25 avril le projet Lon Kèlèw. Ce projet, dont la cérémonie de lancement s’est déroulée à l’hôtel Sarakawa, vise à accompagner les entreprises de différentes catégories dans leur transformation digitale.

Le projet Lon Kèlèw est devenu effectif grâce à une convention signée entre la CCI-Togo et Expertise France. Cette convention est basée sur le programme Direct REsponse Connecting CiTizens (DIRRECT) financé par les ressources du 11eme FED. Étaient présents à la cérémonie plusieurs personnalités dont le directeur adjoint de l’AFD, les représentants du patronat togolais, des associations des entreprises et des ministres.

Lon’ Kèlèw, amener les MPME vers la digitalisation

Initialement désigné Tin’ga puis DigiTin’ga, le projet d’accompagnement des Micro-Petites et Moyennes Entreprises (MPME) porte finalement le nom Lon kèlèw. Un nom inspiré d’une langue locale et qui signifie littéralement ‘’intelligence éclair’’. Ce nom fait référence à « entreprise qui fait preuve de réactivité face aux enjeux de son environnement et trouve rapidement des solutions à ses besoins et aux besoins du marché » a expliqué M. Nathalie Bitho, présidente de la CCI-Togo.

Lire aussi: CONVENTION BIPARTITE: LA CCI-TOGO S’UNIT À L’ONECCA-TOGO POUR MIEUX ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES

Le projet Lon Kèlèw fait suite au constat des effets néfastes de la pandémie de Covid-19 sur les entreprises. Et pour se relancer, ces dernières doivent s’ouvrir à l’international et se moderniser en intégrant le numérique dans leur mode de fonctionnement. Ce projet vient donc appuyer les Micro-Petites et Moyennes Entreprises (MPME) dans leur processus de transformation digitalisation qui fait l’objet d’un volet de la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

La digitalisation est définie par Mme Bitho comme « un procédé de transformation des processus traditionnels de production à l’aide de technologies numériques permettant aux entreprises d’être plus efficaces et compétitives en gérant leurs ressources de manière efficiente tout en simplifiant leur fonctionnement ». Elle est également un moyen de maintenir une activité même en situation de crise.

Mise en œuvre de Lon’ Kèlèw

Conçu sur la base des inquiétudes exprimées par les entreprises à propos de la digitalisation, le projet Lon Kèlèw prévoit un échantillonnage. Il consistera à accompagner 50 entreprises sélectionnées sur la base de leurs capacités à la transformation numérique. Ces entreprises doivent être à plus de 50%  dirigées par des jeunes et des femmes. Des prestations leur seront offertes par de jeunes experts encadrés par des experts. Ils accompagneront quotidiennement ces entreprises dans leur processus de digitalisation sur la base d’outils déja conçus (RP Odoo). La CCI fournira des services et des formations à ces 50 choisis mais aussi à 500 autres entreprises, sur la digitalisation. Elle fera également un suivi de l’évolution digitale des 50.

Lire aussi: TRANSIT ROUTIER : LA CCI-TOGO INNOVE AVEC UN PERFORMANT SYSTÈME DE TRACKING DES MARCHANDISES

Il faut noter que l’Institut National de la Statistique et des Études Démographiques (INSEED) intervient dans la mise en œuvre de Lon Kèlèw. Elle contribuera par ses études à la sélection des 50 entreprises et facilitera l’évaluation de la progression des changements au sein de ces entreprises. Une convention a d’ailleurs été signée entre elle et la CCI-Togo ce mardi à Sarakawa. Un document de méthodologie de digitalisation des PME sera élaboré à la fin et accessible à tous.

Le président du Groupement togolais des Petites et moyennes entreprises et industries (GTPME/PMI), M. Vignon Aboki, a reconnu l’importance de la digitalisation pour les MPME. Les sites internets, la vente en ligne, les médias sociaux etc sont nécessaires pour rendre les entreprises plus efficaces, a-t-il indiqué. Il faut préciser que Lon Kèlèw est financé à hauteur d’environ 100 millions de Francs CFA par l’Union Européenne, comme l’a indiqué Jildaz EVIN, directeur adjoint de l’Agence Française de Développement (AFD) au Togo et est développé dans d’autres pays d’Afrique et dans les Caraïbes.

La Rédaction

Previous

Massacre au Burkina Faso : une soixantaine de civils tués dans un village au nord

Next

Forêt de Shakahola au Kenya : les craintes de découverte de nouvelles victimes s'amplifient

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]