mardi, mai 21 2024

Ce mardi 25 avril 2023, les enquêteurs ont révélé qu’ils craignaient de découvrir d’autres victimes dans la forêt de Shakahola, située dans l’est du Kenya. En effet, les recherches se poursuivent dans l’enquête sur la mort de 73 membres présumés d’une secte prônant le jeûne extrême.

Les corps sans vie ont été découverts dans des fosses communes, et les enquêteurs cherchent désormais d’autres sites dans une vaste zone de 325 hectares. Les autorités qualifient cet événement de « massacre de la forêt de Shakahola ».

Un massacre de la forêt de Shakahola, lié à l’Eglise Internationale de Bonne Nouvelle

Les membres de cette secte appartenaient à une organisation appelée « Eglise Internationale de Bonne Nouvelle (Good News International Church) » dirigée par Paul Mackenzie Nthenge. Ce dernier prônait le jeûne pour rencontrer Jésus. Les enquêteurs cherchent également des survivants. Selon le directeur exécutif de l’ONG Haki Africa, Hussein Khalid, d’autres décès sont probables. La Croix-Rouge kényane a indiqué que 212 personnes avaient été signalées disparues dans cette foret de Shakahola.

Le président William Ruto a qualifié de « terroriste » Paul Mackenzie Nthenge, le « pasteur » du groupe, et a promis des mesures contre ceux qui « veulent utiliser la religion pour faire avancer une idéologie louche et inacceptable ». Le ministre de l’Intérieur, Kithure Kindiki, se rendra sur le site des recherches ce mardi.

Lire Aussi : KENYA : RAILA ODINGA SOULÈVE DE NOUVEAU LA RUE CE LUNDI 27 MARS

Les failles des autorités policières et judiciaires en question

Dans cette affaire de massacre de la forêt de Shakahola, les autorités judiciaires et policières sont mises en cause. Ceci car elles connaissaient déjà le « pasteur » depuis plusieurs années. Il avait été arrêté en 2017 pour « radicalisation », puis à nouveau en mars après la mort de deux enfants de faim sous la garde de leurs parents, qui les ont enterrés par la suite.

Nthenge avait été libéré contre une caution de 100.000 shillings kényans (environ 670 euros). Il est actuellement en détention après s’être rendu à la police le 14 avril, après le début des recherches dans la forêt de Shakahola. Le scandale a également ravivé le débat sur le contrôle des cultes au Kenya, pays majoritairement chrétien, où des « pasteurs », « Eglises » et autres mouvements religieux marginaux défraient la chronique.

 

Steven E. Wilson

Previous

Digitalisation des entreprises : la CCI-Togo lance le projet Lon’ Kèlèw

Next

L'Afrique du Sud sur le point de se retirer de la CPI ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Rencontre historique entre les présidents Ouattara et Faye

Rencontre historique entre les présidents ivoirien et sénégalais à Abidjan

Investigateur Africain

Le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye a poursuivi sa série de visites en Afrique de l’Ouest en rencontrant son homologue ivoirien Alassane Ouattara à Abidjan. Cette rencontre, qui fait suite à des visites en Mauritanie, en Gambie et en Guinée-Bissau, revêt une importance particulière pour les deux pays et pour la sous-région ouest-africaine. Cette rencontre […]

Hinda Bazoum: « C'est bien lui le commanditaire du putsch »

Niger : « C’est bien lui le commanditaire du putsch », lâche cette dame

Investigateur Africain

Dans une interview exclusive accordée à un média international, elle brise le silence et lance un cri d’alarme. Hinda Bazoum, l’une des cinq enfants du président nigérien Mohamed Bazoum exprime sa détresse face à la séquestration prolongée de ses parents, le président Mohamed Bazoum et son épouse. Ces derniers sont séquestrés à Niamey depuis neuf […]

Trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire : Des peines exemplaires pour les narcotrafiquants !

Trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire : Des peines exemplaires pour les narcotrafiquants !

Investigateur Africain

Une affaire de trafic international de cocaïne en Côte d’Ivoire vient de connaître son dénouement avec des verdicts sévères prononcés à l’encontre de plusieurs accusés. Ce 7 mai 2024, le Pôle pénal économique d’Abidjan a rendu son jugement, condamnant 13 individus à la peine maximale de 10 ans de prison. Un coup de filet majeur […]