vendredi, mars 1 2024

Depuis environ cinq jours, pour les habitants de Khartoum, la capitale soudanaise est devenue un immense champ de bataille. Les deux plus hauts responsables militaires du pays se livrent une bataille sans merci pour le pouvoir. Il s’agit notamment du général Abdel Fattah Abdelrahmane al-Burhan de l’armée régulière qui croise le fer contre les Forces de soutien rapide (FSR) restées loyales au général Mohammed Hamdan Dogolo, dit Hemedti.

Malheureusement comme dans tout conflit armé, les populations sont prises au piège et en paient une fois encore le lourd tribut de ces affrontements. Il faut souligner que les trêves et les cessez-le-feu émis jusque-là n’ont pu aboutir et ne tiennent généralement plus que quelques minutes. Cela contraint les populations à fuir la capitale pour épargner leur vie face aux atrocités en cours dans. La capitale.

Les habitants de Khartoum toujours pris au piège

Que ce soit le jour ou la nuit, les habitants de Khartoum sont obligés de composer avec les échanges de tirs entre les deux rivaux, des bombardements aériens des forces armées et les détonations qui ne cessent pas. Par ailleurs, de multiples exactions sont commises contre les civils par les miliciens de Hemedti. Sur les cinquante-neuf hôpitaux de la capitale, trente-neuf ne sont plus opérationnels.

Pour le moment, le bilan fait état de plus de 270 civils tués et près de 3 000 blessés depuis samedi dernier. Aussi, plus de cinq millions d’habitants de Khartoum sont toujours privés d’électricité et d’eau courante. Par conséquent, la seule alternative qui s’offre aux populations c’est quitter la ville. en emportant avec eux juste le minimum dans des sacs plastiques.

Alors que ce soit à pied, ou en voiture, des milliers de personnes ont pris la route de l’exil en emportant avec eux juste le minimum dans des sacs plastiques. Ils ont pris d’énormes risques en bravant l’intensité des combats et des cadavres de soldats gisant dans la poussière et des carcasses de blindés calcinés.

Lire Aussi : CONFLIT DE POUVOIR AU SOUDAN : DES VIOLENCES PRÉVISIBLES ?

Une légère accalmie à Khartoum

Bien que jours après jours les combats soient incessants, les habitants de Khartoum ont enfin connu hier, mercredi soir, une légère accalmie. A part quelques tirs sporadiques à l’arme lourde entendus dans plusieurs quartiers, il n’y a pas eu en pleine nuit de bombardements ou de frappes aériennes.

Pour N’Djamena, il serait soutenable pour les deux protagonistes de privilégier une solution politique. Car le conflit au Soudan pourrait déborder sur le Tchad, en raison de l’étroitesse des liens entre les communautés des deux pays.

Depuis le déclenchement de la crise au Soudan, le président de la transition tchadienne Mahamat Idriss Déby a appelé à deux reprises les deux acteurs de la crise soudanaise. Objectif, convier les deux chefs militaires à observer un « cessez-le-feu », et surtout de « privilégier la voie du dialogue ».

La Rédaction

Previous

Conflit de pouvoir au Soudan : des violences prévisibles ?

Next

Massacre au Burkina Faso : une soixantaine de civils tués dans un village au nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]