lundi, juin 24 2024

Une onde de choc secoue le Gabon alors que le ministère du Budget impose une mesure radicale. Ledit ministère a décidé de changer les règles du jeu en annonçant qu’il ne versera plus les salaires des fonctionnaires au Trésor public. La condition ? Tous les agents publics et retraités doivent impérativement ouvrir un compte bancaire d’ici décembre 2023 pour recevoir leur rémunération.

Cependant, cette mesure ne fait pas l’unanimité, car la couverture bancaire dans le pays est loin d’être étendue. La décision suscite des réactions mitigées et même de la colère parmi certains Gabonais, en particulier parmi les retraités. Les réactions fusent, entre colère et résignation.

Un compte bancaire obligatoirement

La mesure de détenir obligatoirement un compte bancaire est diversement interprétée par la population. Certains soulèvent des préoccupations concernant les frais bancaires, tandis que d’autres reconnaissent la nécessité de la modernisation. Pierre Mintsa, président de la Machette syndicale des travailleurs gabonais vaillants (MSTGV), félicite le gouvernement pour l’initiative, tout en exprimant ses doutes : « Comment ces personnes qui touchent des salaires modestes pourront-elles ouvrir un compte, surtout lorsque les banques ne sont pas présentes partout dans le pays ? »

Pour Charles, retraité sans compte bancaire, le mécontentement est évident. « Avec seulement 100 000 francs CFA en banque, combien me restera-t-il après leurs prélèvements ? » Les inquiétudes sont palpables, et les commentaires variés. Certains redoutent les agios, d’autres voient l’opportunité d’une modernisation nécessaire.

Lire Aussi : RETOUR DE GUILLAUME SORO : UN SÉISME POLITIQUE EN PRÉPARATION EN CÔTE D’IVOIRE ?

Une décision irréversible

Malgré la résistance, le ministre du Budget, Charles Mba, affirme que la décision est irréversible. Car elle a été adoptée par la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Toutefois, il a tenu à rassurer en soulignant les avantages de la bancarisation.

Il s’agit entre autres de l’accès au crédit, d’une gestion améliorée de l’épargne et la facilitation des règlements. « Être bancarisé, c’est plutôt un avantage qu’un inconvénient. On peut accéder à du crédit, mieux gérer son épargne, mieux assurer ses règlements. La bancarisation est une bonne chose », a-t-il indiqué

Le Gabon, par cette mesure, cherche à moderniser sa gestion financière, désengorger le Trésor public et assurer la traçabilité totale des flux financiers. Un tournant inévitable pour certains, une source d’inquiétude pour d’autres, cette révolution bancaire promet de redéfinir le paysage financier gabonais. Cependant, les obstacles potentiels et les inquiétudes des citoyens soulèvent des questions sur la mise en œuvre pratique de cette réforme.

 

Sandrine A.

Previous

La question de la Palestine en Afrique : Entre solidarité et normalisation

Next

CAN 2024 en Côte d’ivoire : Un tournoi sans faille, une sécurité sans compromis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l'impact des baisses tarifaires

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l’impact des baisses tarifaires

Investigateur Africain

Le Sénégal a récemment annoncé des mesures visant à réduire les prix des produits de consommation courante tels que le riz, l’huile et le pain, en réponse aux préoccupations croissantes concernant le coût de la vie. Cette décision, prise le 13 juin 2024, intervient dans un contexte où de nombreux ménages sénégalais ressentent une pression […]

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Investigateur Africain

Alors que la junte nigérienne avait confirmé l’enlèvement vendredi 21 juin du préfet de Bilma et de sa délégation, cette même attaque a été revendiquée samedi 22 juin par le Front patriotique pour la justice (FPJ). Ce groupe politico-militaire, dont c’est la première action connue, diffère du Front patriotique pour la libération (FPL), qui a […]

Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Insécurité à Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Investigateur Africain

En Centrafrique, la capitale Bangui est en proie à une vague de vols à main armée et d’assassinats, plongeant ses habitants dans l’anxiété et l’inquiétude. Les quartiers sud et est de la ville sont particulièrement touchés, avec des incidents violents devenus monnaie courante. Les habitants appellent les autorités à renforcer la sécurité pour endiguer cette […]