vendredi, mars 1 2024

Hier jeudi 12 octobre 2023, les éminents enseignants de l’illustre Université Cheikh-Anta-Diop (Ucad) ont élevé leur voix pour réclamer ardemment la reprise des cours. Il faut rappeler que ceux-ci avaient été interrompus depuis le tumulte survenu en juin dernier. C’est à dire la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko à une peine de deux ans de réclusion.

Alors, c’est dans un élan de consensus général et une unanimité impressionnante, que les enseignants des différentes facultés ont exprimé leur ardent désir de voir la reprise des cours, ce de façon immédiate. Un vœu fortement souligné par le secrétaire général du prestigieux Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes), le professeur David Célestin Faye, éminent mathématicien. Car malgré que le conseil académique de l’université Cheikh-Anta-Diop ait décidé d’une reprise immédiate des cours universitaires en présentiel, le campus de l’Ucad affiche toujours portes closes.

Lire Aussi : ULTIMATUM DIPLOMATIQUE : LES DÉTAILS CHOCS DE L’EXPULSION DE LA COORDONNATRICE DE L’ONU AU NIGER

La reprise des cours et rien d’autres

Pour Monsieur David Célestin Faye, les professeurs et les étudiants de l’Ucad ne demandent qu’une seule chose principalement. Et c’est principalement la reprise des cours à l’université Cheikh-Anta-Diop (Ucad) de Dakar. Car se sont les cours et les précieux enseignements qui font la renommée de cette institution. Partant de là, les enjeux politiques actuelles ne doivent pas entraver le bon fonctionnement de ce temple du savoir.

« L’université appartient à tous les Sénégalais. L’université n’appartient pas à la classe politique ni aux enseignants. Il faut que l’on ouvre immédiatement, que l’on puisse travailler. », a interpellé David Célestin Faye.

« Il faut que l’on arrête de mentir à la population. L’enseignement à distance, on ne peut pas l’improviser pour 150 000 étudiants. Il faut que l’on arrête. Tout le monde sait que ça ne marche pas. Les moyens ne sont pas là. On ne peut pas continuer à fermer comme ça les universités. Le gouvernement n’a qu’à sécuriser les universités », a-t-il ajouté.

 

Sandrine A.

Previous

Ultimatum diplomatique : les détails chocs de l’expulsion de la coordonnatrice de l'ONU au Niger

Next

Grève au Cameroun : la crise s'amplifie et s'élargit à d'autres secteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]