lundi, juin 24 2024

Ce lundi 13 février 2023 s’ouvre au palais présidentiel, la rencontre politique entre opposition et parti au pouvoir. La démarche de concertation nationale vivement désirée par l’opposition a été acceptée par le président Ali Bongo qui va superviser lui-même les travaux de ce dialogue tant attendu.

La rencontre politique vise à engager des discussions franches avec les différents acteurs politiques dans le cadre de la présidentielle 2023 dans le pays. Ce qui devrait permettre d’aboutir à des élections bien organisées, crédibles, inclusives et surtout transparentes. Mais malheureusement, seul les partis politiques seront présents à la table des discussions. Les jeunes, les religieux, les syndicats, la société civile n’ont pas été conviés.

Une rencontre politique bien accueillie

Même si pour le moment plusieurs informations clés sont encore manquantes quant à cette rencontre politique, l’initiative gouvernementale est bien accueillie par plusieurs partis de l’opposition. Il s’agit notamment de l’ordre du jour, de la durée des travaux, et le lieu où se dérouleront les rencontres.

Pour Florentin Moussavou, porte-parole de la majorité présidentielle, la rencontre est d’une certaine importance pour le pays tout entier. « Ce sont des moments utiles et nécessaires pour la vie de la nation », a-t-il indiqué

« Je vous confirme que je serai présente (…) à la cérémonie en espérant qu’elle débouchera sur des mesures qui garantiront la transparence électorale pour des élections crédibles et apaisées », a laissé entendre pour sa part Paulette Missambo, présidente de l’Union nationale, un des principaux partis d’opposition.

Lire Aussi : PRÉSIDENTIELLE AU GABON : CONCERTATION POLITIQUE ENTRE POUVOIR ET OPPOSITION

Des réformes vivement attendues

Selon les premières indiscrétions, la rencontre politique devrait permettre d’accoucher plusieurs réformes espérées depuis un bon moment déjà. C’est le cas notamment avec l’audit du fichier électoral ainsi que la révision des mandats, de la réforme des missions du Centre gabonais des élections (CGE). Le toilettage du code électoral n’est pas du reste.

Toutefois, l’opposition reste peu convaincue de la bonne foi du gouvernement en place à opérer de réels changements. D’ailleurs la récente élection de Michel Stéphane Bonda, comme président du Centre gabonais des élections (CGE) est contestée par l’opposition. Cette dernière l’accuse d’être un cadre du Parti démocratique gabonais (PDG), le parti au pouvoir.

Rappelons-le, cette année le Gabon organise trois scrutins : une élection présidentielle, des législatives et des élections locales.

 

El Professor

Previous

Crise énergétique en Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa déclare l'état de catastrophe nationale

Next

Présidentielle prochaine à Madagascar : la Ceni en manque de financement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Ramaphosa promet une nouvelle ère en Afrique du Sud

Afrique du Sud : le président Ramaphosa promet une nouvelle ère

Investigateur Africain

Le mercredi 19 juin dernier, la cérémonie d’investiture du président Cyril Ramaphosa a marqué le début de son second mandat à la tête de l’Afrique du Sud. Depuis les emblématiques bâtiments de l’Union Buildings à Pretoria, le président a prêté serment devant un parterre d’officiels et de militants, promettant une nouvelle ère de gouvernance. Cyril […]

Explosion dévastatrice à N'djamena : La population en colère exige des réponses

Explosion dévastatrice à Ndjamena : La population en colère exige des réponses

Investigateur Africain

Le ciel de N’djamena s’est embrasé mardi soir, le 18 juin, aux alentours de 22h30 heure locale, lorsqu’un incendie d’origine inconnue a éclaté dans un dépôt de munitions proche du centre-ville. Cette explosion tragique a fait 9 morts et 46 blessés, selon les autorités gouvernementales. Le président Mahamat Idriss Deby a rapidement réagi en promettant […]

Tiaret en Algérie face à une grande pénurie d'eau

Algérie : Les habitants de Tiaret se révoltent face aux pénuries d’eau

Investigateur Africain

La région de Tiaret, située dans le nord de l’Algérie, est en proie à une crise de l’eau sans précédent. Depuis des mois, une sécheresse prolongée prive ses habitants d’eau potable, suscitant une vague de mécontentement et de manifestations. Alors que le président Abdelmadjid Tebboune avait promis des solutions avant l’Aïd el-Kébir, la population dénonce […]