mercredi, février 28 2024

Dans le souci de parvenir à une élection présidentielle réussie, le gouvernement a choisi d’opter pour une discussion franche avec les acteurs politiques. A cet effet une concertation politique est censée se tenir le 13 février prochain entre pouvoir et opposition. Quand bien même une volonté du gouvernement est perceptible, l’opposition se montre méfiante.

Les prochaines élections présidentielles au Gabon qui se tiendront au mois d’août 2023. Les différents partis tentent déjà d’affuter leurs armes et stratégies pour pouvoir déloger l’actuel président Ali Bongo. Mais le camp de l’opposition est déjà miné par des mésententes.

Une concertation politique attendue

Pour l’opposition la concertation politique acceptée par le gouvernement est de bon augure. Car il sera question d’obtenir notamment à travers les discussions, une profonde réforme électorale. Il s’agit ente autres de la révision de la liste électorale, du convoyage des urnes, le comptage des votes, sans oublier la centralisation des résultats.

Toutefois, des réserves sont émises sur la concertation politique en vue. Car les contours de la rencontre ne sont pas encore définis. C’est-à-dire l’ordre du jour, la durée, de même que les participants.

« Nous n’avons pas confiance et nous craignons une entourloupe. Mais la politique de la chaise vide nous a montré qu’il vaut mieux être là. D’une manière ou d’une autre, en modifiant et en ajustant, nous devons arriver à la vérité des urnes. Et c’est pour cela que nous poserons comme question préjudicielle : comment les décisions qui seront prises vont-elles être appliquées ? », a fait savoir Séraphin Akure Davain, député du parti Les Démocrates.

Lire aussi : PRÉSIDENTIELLE AU GABON : L’OPPOSITION CONTINUE À SE DÉCHIRER

Une opposition quelque peu divisée

A l’orée des prochaines présidentielle, on observe déjà des dissensions dans les rangs de l’opposition. Cette dernière n’est pas parvenue à choisir de façon consensuelle ses représentants au sein du Centre gabonais des élections. Au final, le ministre de l’Intérieur a donc choisi des noms parmi les listes soumises par les différentes coalitions de l’opposition. Ce qui montre déjà que les acteurs de l’opposition ont du mal à s’accorder. A cette allure vont-ils pouvoir faire la différence dans les urnes ?

Pour Alexandre Barro Chambrier, président du Rassemblement pour la patrie et la modernité, cette concertation politique est une occasion non négligeable de créer les conditions pour un climat apaisé. « Mais cela nécessite que l’on soit constructif. Nous souhaitons qu’en face, les mêmes dispositions se retrouvent et qu’il ne s’agisse pas de faire semblant et d’assister à un refus de réformer ce qui doit l’être ».

 

El Professor

Previous

Extrémisme violent en Afrique : les causes d'adhésion des jeunes aux groupes terroristes

Next

Niger: l'incendie d'une classe en paillote provoque la mort de trois élèves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]