jeudi, avril 18 2024

A Zinder, dans le sud du Niger, des élèves du Collège d’enseignement technique de l’arrondissement communal II (CET 2) ont perdu la vie, le lundi 06 février dernier dans l’incendie de leur classe paillote. Ce drame dans le pays s’est fait récurrent ces dernières années. Les efforts du gouvernement pour limiter la casse ne semble pas encore produire les effets escomptés.

En 2022 au Niger, les classes paillotes ont conduit à la mort, de plus d’une vingtaine d’enfants. Comme dans le cas d’espèce, un incendie mystérieux était au cœur de ces pertes tragiques. Même si ces classes en bois et chaume sont déplorées par les populations et les autorités, elles demeurent toutefois nécessaires pour la transmission de l’éducation dans certaines localités du pays.

Les écoles en paillote, un mal nécessaire

Malgré les interdictions annoncées par les autorités, il est constaté tout de même une multiplication des classes paillotes dans le pays. Malheureusement celles-ci présentent davantage de risques d’incendie dont en ont fait les frais les trois élèves. Même si les autorités face à ce nouveau drame estiment avoir lancé un vaste projet de construction d’école en dur, cela prendra du temps. C’est ce qu’a fait savoir Tidjani Idrissa Abdoulkadri, le porte-parole.

Lire Aussi : DRAME AU NIGER: DES CLASSES PAILLOTES ATTISENT LA COLÈRE DES POPULATIONS

« Il est évident que la résorption de ces classes en paillote va nous prendre encore quelques années. D’ici là, il va falloir continuer d’enseigner aux enfants et le souhait du gouvernement, c’est qu’il y ait plus d’attention, beaucoup plus de surveillance pour éviter ces drames », a-t-il indiqué. En d’autres termes une meilleure sécurité des classes paillotes dans les établissements devrait être de mise pendant un moment.

Le même avis est partagé par Lawali Issoufou, le secrétaire général du Syndicat des enseignants du Niger. « On doit mettre les mesures sécuritaires, notamment en engageant des gardiens. Mais aussi en sensibilisant les élèves, les parents d’élèves et toute leur communauté, les quartiers… Pour que chacun mette sa main dans la surveillance et la vigilance. »

 

El Professor

Previous

Présidentielle au Gabon : concertation politique entre pouvoir et opposition

Next

Sénégal : les huileries de la Sonacos en manque d’arachides

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]