jeudi, février 29 2024

A l’occasion de son discours annuel sur l’état de la nation hier jeudi 9 février, le président sud-africain s’est adressé aux parlementaires au Cap. Il a saisi l’occasion pour déclarer l’état de catastrophe nationale face à la grande crise énergétique que subit le pays depuis un bon moment déjà. Il a aussi annoncé d’importantes mesures.

D’après le ministre de l’énergie, les délestages coûtent au pays jusqu’à 50 millions d’euros par jour. Une estimation qui fait donc frémir. Pour les populations, 2022 fut l’une des pires années en termes de délestages. L’incapacité d’Eskom, l’entreprise nationale, à fournir suffisamment d’énergie avec ses centrales est vivement déplorée en raison des nombreux problèmes internes qui la minent.

L’État de catastrophe nationale pour des réponses drastiques

Selon le chef de l’État sud-africain, déclaré l’état de catastrophe nationale était d’une grande utilité. Cela devrait permettre d’éviter des blocages administratifs afin de pouvoir apporter des réponses conséquentes aux coupures de courant dans le pays. Aussi la mise en place de certains projets serait accélérée.

D’ailleurs, la création d’un nouveau poste de « ministre de l’Électricité », rattaché à la présidence a été annoncée. « La crise a progressivement évolué et touche désormais tous les secteurs de la société. Nous déclarons donc l’état de catastrophe nationale pour répondre à cette crise de l’électricité et à ses effets », a déclaré Cyril Ramaphosa.

Lire Aussi : DÉLESTAGES EN AFRIQUE DU SUD : DES MILLIERS DE PERSONNES PROTESTENT DANS LES RUES

Un appel à l’union

L’opposition quant à elle, estime que l’annonce de l’état de catastrophe nationale liée à cette crise énergétique serait inappropriée. « Nous pensons contester cette décision devant les tribunaux, étant donné que cela ouvre la porte aux pilleurs et aux profiteurs, comme on l’a vu durant le Covid, alors que le même résultat auraient pu être obtenu grâce à des interventions clés autour d’Eskom », a indiqué John Steenhuisen, chef de l’Alliance Démocratique.

« Quelles que soient les difficultés du moment, quelles que soient les crises auxquelles nous sommes confrontés, nous nous lèverons pour les affronter ensemble et, ensemble, nous les surmonterons », rassure tout de même le président Ramaphosa.

Et d’interpeller, « une nation se définit par la façon dont ses habitants font face aux difficultés les plus graves ; qu’ils travaillent ensemble et affrontent leurs défis comme un seul, unis par un objectif commun, ou qu’ils se soumettent aux problèmes qui les attendent ».

 

El Professor

Previous

Centrafrique : le personnel de santé en grève

Next

Présidentielle 2023 au Gabon : Ali Bongo à l’écoute des partis politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]