dimanche, février 25 2024

A l’approche des élections présidentielles de 2023, la scène politique malgache est actuellement secouée par une crise électorale majeure. Celle-ci émane d’une décision sans précédent qui a été prise par plusieurs candidats majeurs à ces élections. Ces derniers ont choisi de boycotter simplement la campagne électorale et de se retirer de la course présidentielle.

Cette décision radicale a provoqué un choc dans le pays, soulevant des questions sur l’avenir du processus démocratique malgache et la stabilité politique de la nation toute entière. Généralement, les élections présidentielles à Madagascar sont historiquement marquées par une compétition intense entre plusieurs candidats, reflétant la diversité politique du pays. Cependant, cette année, les électeurs se retrouvent confrontés à un scénario inhabituel alors que des figures clés de la politique malgache ont décidé de faire défection, jetant ainsi un voile d’incertitude sur toute la campagne et même l’issue du scrutin.

Un retrait des figures clés de la politique malgache

Conformément aux règles électorales malgaches, la date fatidique du 10 octobre 2023 marque le début officiel de la campagne présidentielle, s’étalant sur une période de 30 jours avant le premier tour des élections présidentielles. Cependant, une décision inhabituelle a ébranlé le paysage politique alors que les adversaires du président sortant, réunis sous la bannière du « collectif des 11 candidats », ont opté pour une stratégie inédite : le boycott de la campagne électorale. À la place, ils ont choisi de mettre en avant leurs marches pacifiques quotidiennes.

Lire Aussi : COUP D’ETAT INSTITUTIONNEL À MADAGASCAR ?

L’annonce de ce boycott a retenti dans la soirée d’hier, à la suite d’une nouvelle séance de médiation organisée par les figures éminentes de la scène politique malgache, en collaboration avec les chefs religieux. Ces personnalités de premier plan de la scène politique malgache persistent dans leurs revendications, appelant toujours à la disqualification d’Andry Rajoelina de la course à la magistrature suprême. Ils fondent leur demande sur la question de la naturalisation française de Rajoelina, tout en exigeant également une restructuration complète des institutions en charge de l’organisation du scrutin.

« Nous confirmons ceci à 100 %. Nous avons pris la décision de ne pas commencer notre campagne ce mardi, compte-tenu de l’atmosphère actuelle », a déclaré le candidat Siteny Randrianasoloniaiko. Cela explique qu’aujourd’hui, aucun des 11 candidats du collectif ne lancera sa campagne. En tout cas, pour le moment. Andry Rajoelina, le président sortant quant à lui, commencera sa tournée par le nord, avec un premier meeting à Diego en fin d’après-midi.

 

Sandrine A.

Previous

Tchad : L’opposant Succès Masra une réelle menace au nouveau régime Deby ?

Next

Amour au Bureau : Les surprenantes confessions de ceux qui osent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

Rédaction

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso. C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite […]

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]