samedi, mars 2 2024

A quelques encablures des élections prochaines à Madagascar, la tension est déjà perceptible entre les acteurs politiques. Il est reproché au pouvoir en place, la commission d’un coup d’État institutionnel. Ces manigances bien sûr n’ont pour but selon eux que d’arranger les intérêts président sortant, Andry Rajoelina candidat à sa succession.

D’après la constitution malgache, en période électorale, l’intérim du président de la République est assuré par le président du Sénat. Mais cette fois ci c’est le gouvernement, conduit par le Premier ministre Christian Ntsay qui assure désormais de façon collégiale le rôle de chef de l’État par intérim. Cette imposture déplait énormément aux adversaires du président Rajoelina qui contestent vivement cette décision. Ils évoquent de coup d’État institutionnel

Un coup d’État institutionnel vivement contesté

Selon les candidats à l’élection présidentielle et bien d’autres acteurs politiques, il s’agit en espèces d’un coup d’État institutionnel. Car la renonciation du Président du Sénat à assurer l’intérim semble assez suspecte. L’incapacité évoqué est difficile à avaler pour plus d’un. Tout porte à croire qu’il ait subi une forte pression le forçant à se déclarer incapable d’assurer ce nouveau rôle qui lui est conférée par la constitution du pays.

Lire Aussi : RETOUR À NDJAMENA : QU’ARRIVERAIT-IL À L’OPPOSANT SUCCÈS MASRA ?

« Le président du Sénat s’est déjà prononcé par deux fois il y a quelques jours, pour dire qu’il était prêt à prendre ses responsabilités. Or il se déclare subitement incapable d’assumer cette responsabilité dont il était informé à quelques heures de la démission du Président de la République ? », déplore Eléonore Johasy, coordinatrice nationale de Tsara Tahafina. Ce qui illustre bel et bien à leur avis un coup d’État institutionnel qui ne saurait être accepté

Mais le président sortant ne partage pas du tout cette position. « C’est une décision volontaire et c’est une sage décision. Il va donc continuer à être président du Sénat. Il n’est pas au courant des dossiers traités auparavant. Et c’est pour cette raison que c’est tout à fait logique et normal que le Premier ministre dirige le pays avec l’ensemble du gouvernement ». Cette posture est partagée par le président de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). « La Constitution ne peut pas obliger une personne qui veut démissionner ou qui renonce à un devoir décrit par la Constitution, à s’y soumettre », a-t-il soutenu.

 

Tony A.

Previous

Retour à Ndjamena : Qu'arriverait-il à l'opposant Succès Masra ?

Next

Brouille diplomatique : Le Bénin envisage une agression contre le Niger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]