jeudi, avril 18 2024

Afin d’éviter une tension migratoire de la Tunisie vers l’Europe, les démarches se multiplient pour atténuer la crise que connait le pays. C’est d’ailleurs dans cette logique que le commissaire européen en charge de l’économie, Paolo Gentiloni a effectué une visite hier lundi 27 mars à Tunis. Occasion pour lui de réitérer le soutien de l’Union européenne au pays deKaïs Saïed.

Cette visite du commissaire européen en charge de l’économie, c’est aussi un rappel pour la Tunisie de parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI). C’est à dire l’obtention d’un prêt d’1,9 milliard dollars de la part de l’institution. Sinon les risques de revoir les flux migratoires vers l’Europe s’accroitre sont grands.

Une crise économique persistante

Depuis quelques années, la Tunisie est secouée par une crise économique intense. Celle-ci est rythmée par des pénuries de denrées de première nécessité qui alimentent la colère grandissante des Tunisiens. Et la plupart du temps, la migration s’impose comme solution aux populations.

Mais l’accord trouvé par les autorités tunisiennes avec la FMI en vue de l’octroi d’un nouveau prêt est resté lettre morte. Jusque-là, le Président Kaïs Saïed reste silencieux sur l’accord avec le FMI face aux partenaires européens. Alors depuis quelques jours, l’Union européenne, la France et l’Italie se mobilisent pour presser la Tunisie à avancer sur le dossier.

Lire Aussi :   VAGUE D’AGRESSIONS EN TUNISIE : LA BANQUE MONDIALE SUSPEND SON PARTENARIAT AVEC LE PAYS

Paolo Gentiloni porteur de bonnes nouvelles

Selon Paolo Gentiloni, face à la gestion des flux migratoires, la Tunisie pourrait compter sur le soutien sans faille de ses partenaires. « La Tunisie ne sera pas laissée seule », a-t-il laissé entendre. La Tunisie pourrait également bénéficier d’autres aides financières si seulement elle parvient à finaliser un accord de prêt avec le FMI.

Il s’agit notamment d’un versement européen de 900 millions d’euros sur trois tranches, dont 300 millions pour aider dans l’immédiat, proposé par l’Italie. La France a promis le décaissement d’une enveloppe de 250 millions d’euros sous certaines conditions. On peut citer entre autres la promulgation de la loi relative à la gouvernance des entreprises publiques et la fin progressive des subventions sur le carburant.

El Professor

Previous

Crise d’achat de la vanille malgache : plusieurs exportateurs inquiets

Next

Électricité en Centrafrique : la centrale solaire de Sakaï enfin opérationnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]