mercredi, mai 29 2024

À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle à Madagascar, la scène politique est en ébullition. Ceci en raison d’un bras de fer qui s’intensifie entre le gouvernement et l’opposition. Sous la bannière du « Collectif des 10 », cette dernière à travers un boycott, refuse catégoriquement d’envisager la tenue du scrutin le 16 novembre, créant ainsi une atmosphère de suspense, de confrontation et de tension extrême à l’approche de l’élection.

Le président sortant, Andry Rajoelina, pour sa part maintient son cap traditionnel en tenant son meeting à Antananarivo, alors que le candidat d’opposition, Siteny Randrianosoloniaiko, poursuit sa campagne à Toamasina. Dans un geste significatif, le « Collectif des 10 » affirme sans équivoque qu’il n’y aura pas d’élection le jour fixé, accentuant l’incertitude politique à l’approche du scrutin.

Un boycott imminent ?

Cette position intransigeante de l’opposition s’appuie sur la demande de suspension du processus électoral émanant de la présidente de l’Assemblée nationale, soutenue par divers secteurs tels que la société civile, les leaders religieux et les syndicats. Cependant, le gouvernement par intérim reste inflexible, qualifiant cette initiative de « coup d’État institutionnel » et exhortant la population à voter massivement.

Lire aussi : PRÉSIDENTIELLE 2023 À MADAGASCAR : DES CANDIDATS MAJEURS SE RETIRENT DE LA COURSE

La campagne présidentielle se déroule donc à deux vitesses, avec le président Rajoelina optant pour une approche classique tandis que Randrianosoloniaiko, bien que tardivement entré en lice, refuse de s’engager dans la « politique de la chaise vide » et persiste dans sa campagne.

À quatre jours du vote, l’analyse de cette situation politique complexe met en évidence un scénario tendu où le bras de fer entre le gouvernement et l’opposition pourrait atteindre son paroxysme. Les appels au boycott et les accusations de coup d’État institutionnel ajoutent une couche d’incertitude quant à la légitimité et à la stabilité du processus électoral à venir. Les jours à venir s’annoncent cruciaux, avec la perspective d’un boycott planant au-dessus du paysage politique, susceptible de redéfinir l’avenir politique de Madagascar.

 

Tony A.

Previous

Centrafrique : Le leadership de François Bozizé remis en question au sein du CPC

Next

Retour de Guillaume Soro : Un séisme politique en préparation en Côte d'Ivoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]

Rencontre historique entre les présidents Ouattara et Faye

Rencontre historique entre les présidents ivoirien et sénégalais à Abidjan

Investigateur Africain

Le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye a poursuivi sa série de visites en Afrique de l’Ouest en rencontrant son homologue ivoirien Alassane Ouattara à Abidjan. Cette rencontre, qui fait suite à des visites en Mauritanie, en Gambie et en Guinée-Bissau, revêt une importance particulière pour les deux pays et pour la sous-région ouest-africaine. Cette rencontre […]

Hinda Bazoum: « C'est bien lui le commanditaire du putsch »

Niger : « C’est bien lui le commanditaire du putsch », lâche cette dame

Investigateur Africain

Dans une interview exclusive accordée à un média international, elle brise le silence et lance un cri d’alarme. Hinda Bazoum, l’une des cinq enfants du président nigérien Mohamed Bazoum exprime sa détresse face à la séquestration prolongée de ses parents, le président Mohamed Bazoum et son épouse. Ces derniers sont séquestrés à Niamey depuis neuf […]