mardi, juillet 23 2024

Dans une course effrénée contre le temps, les électeurs gabonais se voient accorder une dernière chance de participer à la vie démocratique de leur pays. Les autorités électorales ont fixé une date limite impérative, c’est à dire dimanche à 11 juin à 18 heures, pour l’inscription sur les listes électorales.

Alors que le pays se prépare à des élections cruciales, cette échéance imminente a provoqué une frénésie parmi les retardataires qui tentent désespérément de se faire enregistrer. Le destin politique du Gabon est en jeu, et chaque voix compte. Les opérations de recensement débutées le 9 mai dernier, devaient initialement prendre fin ce 8 juin 2023. Pour les Gabonais qui aspirent à exercer leur droit fondamental de vote, s’inscrire sur les listes est course contre la montre.

Une forte affluence des électeurs gabonais

Selon le ministre de l’Intérieur, Lambert-Noël Matha, il a été constaté Ces derniers jours, que les électeurs gabonais retardataires ont pris d’assaut les centres d’inscription sur la liste électorale. Cette forte affluence a fini malheureusement par créer des tensions et des débordements de tous genre. Car les gabonais ont majoritairement attendu le dernier moment pour s’inscrire sur les listes.

« Il y a des bagarres, des discussions, donc il y a un peu de fous-fous, il y a un peu de désordre », a confié un citoyen. Par conséquent, il a finalement été décidé de repousser la clôture des enrôlements de trois jours, c’est-à-dire jusqu’au 11 juin. Un moyen de donner une nouvelle chance aux électeurs gabonais de prendre part au vote qui s’annonce à grands pas.

Lire Aussi :  ELECTIONS GÉNÉRALES AU GABON : L’OPPOSITION DEMANDE DAVANTAGE D’ÉQUITÉ

Un délai insuffisant

« Naturellement, ces trois jours permettront sûrement d’affiner, de pousser à une meilleure participation, de manière à ce que cette opération soit un succès », a affirmé Florentin Moussavou, porte-parole de la majorité présidentielle. Il fait savoir d’ailleurs, que l’engouement autour de cette phase d’inscription sur les listes électorales est la preuve de la vitalité de la démocratie au Gabon.

Pour une partie de la population gabonaise, bien que la prolongation des inscriptions soit bienvenue, le délai de trois jours supplémentaires accordé pour s’inscrire sur les listes électorales, est vivement critiqué et jugé insuffisant. « C’est insuffisant au regard de la masse de la population qui veut s’enrôler », déplore François Ndong Obiang, président de la plate-forme Alternance 2023. Car les 3 jours ne sauraient suffire pour enrôler les électeurs gabonais comme il se doit.

« Nous demandons aux Gabonais de venir s’inscrire afin de participer à la révolution de l’alternance politique qui va intervenir dans notre pays », a-t-il quand même exhorté les électeurs gabonais.

 

Tony A

Previous

Propagation du terrorisme en Afrique de l'Ouest : le Ghana devient une cible privilégiée des groupes djihadistes

Next

Sécurité frontalière : L'armée béninoise lance un recrutement massif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]