samedi, mars 2 2024

Contre les menaces extérieures, le gouvernement béninois a opté pour le renforcement de ses capacités militaires pour protéger ses frontières nationales. A cet effet, l’armée béninoise intensifie ses efforts de sécurisation des frontières par le biais de nouvelles recrues. Alors ce lundi 12 juin 2023 a effectivement démarré le recrutement exceptionnel de 5000 jeunes Béninois par l’armée.

Il faut souligner que cette action de l’armée béninoise a été annoncée par le gouvernement en avril dernier. Car, le Bénin comme plusieurs pays en Afrique de l’Ouest, fait face à des défis sécuritaires majeurs à ses frontières. Ce qui nécessite donc des actions adéquates voire urgentes pour assurer la protection et la souveraineté nationale, de même que la garantie de la protection des populations. L’initiative de recrutement de nouveaux soldats vise à renforcer les capacités de défense du pays en augmentant ses effectifs militaires. Alors que le Bénin s’engage résolument dans cette démarche, quels sont les enjeux stratégiques liés à la sécurisation des frontières béninoises ?

Défendre le territoire et protéger les sites touristiques

Selon l’armée béninoise, les nouvelles recrues auront un rôle déterminant à jouer dans la protection des citoyens et surtout la sécurisation du territoire conte les groupes armés. Ces nouveaux soldats seront donc déployés sur les théâtres d’intervention à la frontière entre le Bénin et le Burkina où ont lieu des attaques.

Pour ce faire, les recrues s’engagent pour cinq ans et vont compléter le déploiement anti-incursion terroriste qui mobilise déjà plus de 2000 hommes. Mais dans la phase actuelle de ce recrutement au sein de l’armée béninoise, 3500 jeunes dont 2000 seront sélectionnés sur titre. Ceci via des critères rigoureux comme leur condition physique

Pour être prêts à défendre leur patrie, les nouveaux soldats seront formés en six mois par des instructeurs béninois dans les garnisons du Centre et du Nord du pays : Dassa, Djougou, Tanguiéta, Bembérékè et Kandi. Les sites touristiques de grande attractivité comme le parc W, immense réserve naturelle de plus de 10 000 km², sera la zone dans laquelle, ils devront rapidement faire leur preuve. Ceci d’autant plus qu’il symbolise le secteur dans lequel Patrice Talon a fait des investissements massifs ces dernières années.

Lire Aussi : TERRORISME AU BÉNIN : LE COMMISSARIAT DE DASSARI PRIS POUR CIBLE PAR UN GROUPE ARMÉ 

Une campagne de recrutement aux enjeux multiples pour l’armée béninoise

La sécurisation des frontières pour l’armée béninoise revêt une importance cruciale tant pour la stabilité interne du pays que pour la sécurité régionale en Afrique de l’Ouest. Plusieurs enjeux stratégiques se posent dans ce contexte complexe. Tout d’abord, le Bénin partage des frontières avec plusieurs pays voisins, tels que le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Nigeria. Ces frontières poreuses sont souvent le théâtre d’activités illicites, telles que le trafic de drogue, le trafic d’armes, la contrebande et les mouvements de groupes terroristes. La sécurisation de ces frontières est donc essentielle pour empêcher la propagation de ces activités criminelles et pour maintenir la paix et la stabilité dans la région.

Ensuite, la région du Sahel, qui inclut les pays frontaliers du Bénin, est confrontée à une menace croissante de groupes terroristes tels que Boko Haram, l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) et d’autres groupes affiliés à Al-Qaïda. Ces groupes exploitent les faiblesses des systèmes de sécurité nationaux et traversent les frontières facilement pour mener des attaques transfrontalières. Par conséquent, ce recrutement massif par l’armée béninoise pour la sécurisation des frontières revêt une importance stratégique dans la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’instabilité régionale.

En outre, le Bénin est un pays en plein essor économique, avec des secteurs tels que le commerce, le transport et le tourisme qui jouent un rôle essentiel dans son développement. La sécurité des frontières est donc un enjeu économique majeur, car elle favorise un environnement favorable aux investissements, au commerce transfrontalier et au développement des infrastructures. En renforçant la sécurité aux frontières, le Bénin peut promouvoir la confiance des investisseurs et la croissance économique durable.

En renforçant ainsi ses capacités de défense et en sécurisant ses frontières, l’armée béninoise contribue à la sécurité collective de la sous-région ouest africaine, renforçant de ce pas la coopération régionale dans la lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale et d’autres défis sécuritaires.

Tony A.

Previous

Tic-tac, tic-tac : les électeurs gabonais ont jusqu’à dimanche à 18 heures pour se faire inscrire

Next

Enseignement supérieur à Madagascar : Un manque de financement menace l'avenir des universités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]