dimanche, février 25 2024

Les enseignants chercheurs au sein des universités malgaches sont confrontées à une crise sans précédent qui met en péril l’avenir de l’enseignement supérieur. Au cœur de cette crise se trouve un problème alarmant : le manque de financement. Les conséquences de ce déficit financier sont de plus en plus préoccupantes, avec des répercussions sur la qualité de l’éducation, la recherche scientifique et le bien-être des enseignants chercheurs.

Cette mise en danger de l’enseignement supérieur à Madagascar a été dénoncée par le Syndicats des Enseignants et des Chercheurs enseignants (SECES). L’alerte a été lancée lors conseil national du syndicat qui s’est tenu en fin de semaine dernière. Il était surtout question pour les enseignants chercheurs de pointer du doigt plusieurs maux qui minent le secteur de l’éducation. Vu que les ressources limitées allouées aux institutions d’enseignement supérieur entraînent des conséquences dévastatrices, qui compromettent la qualité de l’éducation et la recherche scientifique à Madagascar.

Des Infrastructures vétustes et insuffisantes

La crise de financement à laquelle sont confrontées les universités malgaches a des répercussions majeures sur leur fonctionnement et leur capacité à offrir une éducation de qualité. Les conséquences de ce manque de financement se font sentir à tous les niveaux, affectant tant les infrastructures que le personnel académique et les étudiants.

Les universités malgaches sont ainsi confrontées à des défis considérables en termes d’infrastructures. Le manque de financement limite la capacité des institutions à entretenir et à moderniser leurs installations, entraînant des campus vétustes et des salles de classe surpeuplées. Les laboratoires de recherche et les équipements scientifiques essentiels sont souvent obsolètes, entravant ainsi les avancées académiques et scientifiques.

« L’enseignement supérieur et la recherche scientifique ne font pas partie des priorités des dirigeants actuels », regrette le syndicat des enseignants chercheurs dans sa déclaration. En termes d’infrastructures, « neuf campus universitaires ont été construits dans plusieurs régions de Madagascar », se défend la communication du ministère de l’Enseignement Supérieur.

Lire Aussi : SCANDALE À MADAGASCAR : UN RAPPORT ACCABLANT SECOUE LA FILIÈRE DE LA VANILLE 

Des salaires insuffisants pour les enseignants chercheurs

Par ailleurs, les enseignants chercheurs malgaches font face à des défis financiers majeurs. Les salaires sont souvent bas et irrégulièrement versés, ce qui entraîne une démotivation et une difficulté à retenir les enseignants qualifiés. Cette situation compromet la qualité de l’enseignement dispensé et réduit l’attrait de la carrière universitaire, contribuant ainsi à une fuite des cerveaux vers d’autres opportunités plus rémunératrices à l’étranger.

Pour preuve, du fait du non-paiement depuis quatre ans des vacataires, on assiste à une suspension des cours dans plusieurs départements universitaires. Cette situation n’est pas sans impact sur les étudiants et les conditions d’apprentissage. De plus, le manque de ressources pédagogiques et l’absence d’équipements adéquats limitent leur accès à une éducation de qualité. Les étudiants doivent faire face à des lacunes dans leur formation et ont moins d’opportunités de se développer sur le plan académique et professionnel.

Les bibliothèques et les centres de documentation sont souvent sous-équipés, privant ainsi les étudiants et les chercheurs d’un accès adéquat à l’information. « Les subventions allouées aux universités et centre de recherches, sont très faibles et débloquées avec du retard. Si l’État ne réagit pas, les universités et les centres de recherches vont fermer », ont fait savoir les enseignants-chercheurs.

 

Tony A.

Previous

Sécurité frontalière : L'armée béninoise lance un recrutement massif

Next

L'IA en plein essor en Afrique : un catalyseur pour le développement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

Rédaction

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso. C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite […]

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]