samedi, avril 20 2024

La décision de la Cour constitutionnelle du Bénin de valider le nouveau code électoral adopté par les députés du camp Talon le 5 mars dernier a suscité une vive réaction au sein de la classe politique. Alors que les sages de la Cour ont jugé que le nouveau code était conforme à la Constitution, l’opposition et certains juristes contestent cette décision, qualifiant le nouveau code de « code de la honte ».

Un débat enflammé s’est ainsi ouvert, soulignant les divergences profondes sur les enjeux électoraux dans le pays. La validation de ce nouveau code électoral par la Cour constitutionnelle du Bénin marque une étape importante dans le processus électoral du pays. Mais elle ne met pas fin aux tensions et aux divergences au sein de la classe politique. Pendant que le gouvernement se prépare à promulguer le code, l’opposition continue de contester sa légitimité et son équité.

Un nouveau code électoral contesté : les réactions de l’opposition

L’opposition béninoise, représentée par le parti Les Démocrates, a vivement critiqué la décision de la Cour constitutionnelle, dénonçant une validation « frauduleuse » du code électoral. Selon eux, cette décision favorise le pouvoir en place et limite la liberté des candidats à se présenter aux élections. L’avocat du parti d’opposition a qualifié le nouveau code de « crisogène », soulignant les inégalités qu’il engendre dans le processus électoral. « La décision est frauduleuse, ce n’est pas digne, c’est dommage. Ils n’ont pas lu le texte. Ils se sont empressés de donner raison à leur commanditaire […] », a fait savoir Eric Houndété du parti Les Démocrates.

Lire Aussi : BÉNIN : CONTESTATIONS MULTIPLES AUTOUR DU NOUVEAU CODE ÉLECTORAL

De son côté, le gouvernement béninois, représenté par le porte-parole Wilfried Houngbedji, a défendu la décision de la Cour constitutionnelle en soulignant le respect de la procédure légale et transparente. Il affirme que le nouveau code s’applique à tous les partis politiques de manière équitable, rejetant ainsi les accusations de partialité. « Les dispositions nouvelles s’appliquent à tous les partis. Les deux partis qui soutiennent le pouvoir autant que le parti d’opposition, aucun d’eux ne remplit les sièges, ce qui veut dire tous ces partis partent sur une même base d’égalité », a-t-il expliqué.

Cette position a été renforcée par la déclaration selon laquelle toutes les décisions de la Cour sont contraignantes et doivent être respectées dans un État de droit.

 

Tony A.

Previous

Bras de Fer Diplomatique : Après la France, l’Allemagne dans le collimateur des autorités nigériennes

Next

Sonko et Faye Libérés : Un événement qui redessine la carte politique sénégalaise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]