vendredi, mars 1 2024

Après des mois de bras de fer, la junte malienne s’est finalement prononcée sur la durée de la transition. Elle a opté pour une durée de transition de 24 mois. Hier lundi 06 juin 2022, à la télévision d’État malienne, le décret signé par le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta a été rendu public. Ce qui sous-tend un retour très bientôt du pouvoir aux civils.

Rappelons que suite aux assises nationales de la refondation organisées de décembre dernier, la junte malienne avait émis une recommandation. C’est-à-dire une transition d’une durée de 6 mois à cinq ans. Mais la proposition a été très mal accueillie et catégoriquement rejetée par l’instance sous régionale (CEDEAO). En conséquence, la junte malienne a été sévèrement sanctionnée. Son incapacité à organiser des élections libres et transparentes afin de redonner le pouvoir aux civils a été mise en cause.

La junte malienne fait un grand pas en avant

Pour reprendre le pouvoir, les civils devraient encore patienter deux ans. D’après la junte malienne, la transition a commencé le 26 mars dernier et devrait prendre fin le 26 mars 2024. Cette nouvelle, même si elle a pris du temps avant d’être annoncée soulage au plus haut point la communauté internationale. Toutefois, certains détails sont toujours attendus.

La junte malienne justifie cette nouvelle donne par la nécessité de ne plus perdre du temps. D’autres voient dans cette démarche, une façon de trouver un compromis avec la CEDEAO. Ceci dans l’optique de dénouer les tensions et de faire avancer la transition de la plus belle façon.

Lire aussi : TRANSITION MALIENNE : DIFFÉREND ENTRE L’IMAM MAHMOUD DICKO ET LE COLONEL GOITA ?

Un soutien indéfectible

Du coté des populations, la question de la durée de la transition ne pos véritablement pas de problème. Les enjeux véritables sont ailleurs et il faudrait surtout s’y atteler afin d’aboutir à des résultats exceptionnels. « Avoir une date butoir pour la fin de la transition n’est pas un problème toutefois, préparer une nouvelle équipe dynamique pour la suite serait utile pour le Mali et pour l’Afrique. Car notre souhait c’est de sortir l’Afrique du néocolonialisme a exprimé Hamat Issa.

Pour la géopoliticienne, Mbuyi Elonga, la junte malienne fait de son mieux. « Même 5 ans ils ont toute notre confiance ! L’essentiel est de nous débarrasser de ces pilleurs et mercenaires occidentaux qui appauvrissent notre continent pour s’enrichir eux », a-t-elle indiqué.

Notons que cette nouvelle sortie de la junte malienne, survient deux jours après le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO tenu le samedi dernier à Accra (Ghana). Au cours de cette rencontre, les sanctions prises à l’encontre du Mali le 9 janvier, n’ont pu être levées par les dirigeants ouest-africains.

 

El Professor

Previous

Pénurie de gasoil au Niger : que fait le gouvernement ?

Next

Législatives au Sénégal : l’indépendance du Conseil constitutionnel remise en cause

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]