vendredi, mars 1 2024

Ces derniers jours, les nigériens font face à une pénurie de gasoil dans les stations-services. Et pour cause, une exportation excessive vers les pays voisins. Alors pour mieux répondre aux besoins des citoyens, les autorités ont pris des mesures fermes. L’exportation des produits pétroliers est désormais suspendue jusqu’à nouvel ordre.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les produits pétroliers ont connu une hausse des prix sur le marché international. Et cela s’est ressenti dans plusieurs pays de la sous-région ouest africaine. Alors la nouvelle pénurie de gasoil dans le pays inquiète vivement les populations. Soulignons que le Niger subit cette raréfaction en dépit du fait qu’il soit producteur.

Une pénurie de gasoil organisée

Selon les autorités nigériennes, autant de raisons expliquent cette situation de pénurie de gasoil dans le pays. Est donc principalement pointé du doigt des ventes frauduleuses de quantités destinées à la consommation nationale vers l’extérieur. A cela s’ajoute le fait que les stations-services soient prises d’assaut par les nigérians. Car le prix du gasoil au Niger est nettement inférieur, alors ceux-ci préfèrent s’y approvisionner.

Concrètement, le litre du gasoil coûte 538 francs CFA au Niger, tandis qu’il avoisine 1 000 francs CFA dans les pays voisins. Outre la capitale Niamey, la pénurie de gasoil touche aussi les stations-service à l’intérieur du pays, notamment le long de la frontière avec le Bénin et le Burkina Faso.

Lire aussi : NIGER : LA HAUSSE DE L’INSÉCURITÉ PROVOQUE UNE GRAVE CRISE HUMANITAIRE

Un véritable blocage

En raison du coup de pénurie de gasoil dans les stations-services, les populations vivent un calvaire. Beaucoup éprouve une difficulté à se ravitailler et déplorent le fait que les détenteurs des licences d’export soient privilégiés au détriment de la consommation à l’intérieur. Les transporteurs quant à eux ont vu leurs gros camions immobilisés.

« Nous sommes en face d’une pénurie à l’échelle nationale. C’est incompréhensible pour un pays producteur comme le nôtre. Cette pénurie résulte d’une mauvaise gestion de stocks et l’irresponsabilité des personnes en charge de la commercialisation des hydrocarbures au Niger », dénonce Abdourahamane Ghali, un transporteur nigérien. Pour l’instant, le gouvernement pour sa part, tente quand même de rassurer.

Sandrine A

Previous

Interdiction de manifester en Guinée : société civile et les partis politiques refusent d’obéir

Next

Durée de la transition : la junte malienne se décide enfin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]