dimanche, février 25 2024

À quelques mois des législatives au Sénégal, le climat politique est tendu. Ceci en raison du rejet de la liste de la principale coalition d’opposition Yewwi Askan Wi à ce rendez-vous électoral. Ces derniers dénoncent une manipulation du président Macky Sall. Ils estiment qu’il craint surtout une certaine cohabitation.

Par conséquent, tout est fait pour les écarter lors de ces législatives au Sénégal. Plusieurs figures de l’opposition, dont Ousmane Sonko, ont vu leur candidature jugée irrecevable. Face à cette situation, des doutes sérieux sont donc portées à l’encontre du conseil constitutionnel. Ce dernier dans son verdict rendu le vendredi 4juin 2022, a suivi le point de vue du ministère de l’Intérieur. Alors son impartialité a du mal à faire sens pour l’opposition.

Des législatives au Sénégal, faussées ou tronqués

Selon Maurice Soudieck Dione, enseignant-chercheur en sciences politiques, les sénégalais se dirigent vers un scrutin faussé ou tronqué. Ceci pour le simple fait que, le droit électoral, les procédures électorales, les considérations juridiques de forme, sont biaisés. Or ils devraient permettre de bien encadrer ces législatives au Sénégal.

« Lorsque les procédures constituent en elles-mêmes un frein, c’est la démocratie qui prend un sacré coup, parce qu’en droit, l’accessoire suit le principal », a expliqué Maurice Soudieck Dione. Et de rajouter, « une liste où les titulaires sont invalidés pour laisser la place aux suppléants, ça pose déjà problème, encore que la loi électorale ne parle jamais de pluralité de liste. Il n’y a pas une liste des titulaires et une liste des suppléants. Il y a une liste composée de candidats titulaires et de candidats suppléants ».

Lire aussi : TENSIONS AU SÉNÉGAL: LES OPPOSANTS DÉNONCENT UN « COMPLOT POLITIQUE»

Un raidissement de la situation

En clair, laisser les suppléants pour invalider la liste des titulaires est incongrue de la part du Conseil constitutionnel. Ceci dit l’inverse aurait pu être possible. Aux vues de ces considérations, la liste opérée par le Conseil constitutionnel pour ces législatives au Sénégal pose problème. Et cela pourrait une fois de plus générer des tensions sociales et politiques.

« Le président Sall a atteint son seuil de tolérance à l’autoritarisme. Donc dans ces conditions, si on y ajoute la montée frénétique des prix des denrées de consommations courantes, et bien cela constitue un facteur détonnant », prévient l’universitaire.

Tout compte fait, l’opposition semble entrer dans une phase de radicalisation. Aussi, elles déterminée à ne pas se laisser marcher dessus. Et cela n’est pas à négliger quand on connait l’ébullition qu’engendre les questions électorales.

 

El Professor

Previous

Durée de la transition : la junte malienne se décide enfin

Next

Cacao ivoirien : des broyeurs-exportateurs appelés à augmenter leur capacité de transformation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

Rédaction

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso. C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite […]

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]