samedi, avril 20 2024

Depuis des années, la Jirama, compagnie d’eau et d’électricité à Madagascar, est secouée par des scandales de corruption. Le dimanche 3 mars, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a révélé une nouvelle affaire de détournement de fonds impliquant plusieurs hauts responsables de l’entreprise.

Ce scandale, impliquant plusieurs hauts responsables de l’entreprise, expose des pratiques illégales ayant permis le détournement d’au moins huit milliards d’ariary. Ceci par le bais d’un système bien rodé d’abus de fonction pendant que les usagers subissent les conséquences des délestages et des coupures d’eau incessantes. Une manœuvre qui permettait donc à certains individus au sein de la Jirama de se remplir les poches au détriment du service public.

Un système bien rodé d’Abus de fonction à la Jirama

D’après le rapport du Bianco, des mécanismes sophistiqués ont été mis en place dans cette affaire de corruption au sein de la Jirama. Tout commence avec l’organisation d’un appel d’offres pour l’achat de groupes électrogènes destinés à faire fonctionner les stations de la compagnie. Sous prétexte d’urgence face aux problèmes de distribution d’eau, la procédure normale est contournée, ouvrant ainsi la voie aux abus.

Des agents de la Jirama valident frauduleusement le caractère d’urgence, tandis qu’un fournisseur complice se voit attribuer le marché à des prix surévalués. De plus, les conclusions de l’enquête du Bianco ont conduit à la mise en cause de quinze personnes, dont des hauts responsables de la Jirama et des fournisseurs complices. Trois d’entre elles se trouvent actuellement en détention provisoire, tandis que d’autres font l’objet de poursuites judiciaires.

Lire Aussi : ELECTRICITÉ À MADAGASCAR : NÉGOCIATIONS TENDUES ENTRE LA JIRAMA ET LES GROUPEMENTS DU SECTEUR PRIVÉ

Une urgence à mettre fin à l’hémorragie

Pour le Bianco, il est impératif d’« arrêter l’hémorragie » au sein de la société d’État, minée par des années de corruption endémique. Ces fonds détournés sont autant de ressources non-allouées aux usagers, qui souffrent au quotidien du manque d’eau et d’électricité.

Face à ces révélations, la Jirama reste silencieuse et n’a pas souhaité réagir à l’affaire. Cependant, la pression de l’opinion publique et des autorités judiciaires pourrait inciter l’entreprise à prendre des mesures plus strictes pour lutter contre la corruption en son sein. Cette affaire met également en lumière l’urgence de renforcer les mécanismes de contrôle et de transparence au sein des entreprises publiques à Madagascar, afin de restaurer la confiance des citoyens et de garantir une gestion plus équitable des ressources publiques.

 

Sandrine A.

Previous

Côte d'Ivoire : Maintien de l'interdiction d'exportation pour protéger les marchés locaux

Next

OPUIS AWARDS : Un événement pour honorer les grands noms de l’histoire du Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]