jeudi, mai 30 2024

La vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, a entamé  hier dimanche une visite de sept jours en Afrique par une escale au Ghana. Le voyage de Harris est centré sur le développement économique, le changement climatique, la sécurité alimentaire et la croissance rapide de la jeunesse sur le continent. Kamala Harris est convaincue que l’Afrique, avec son dynamisme et sa population jeune, a un avenir prometteur.

Cette visite est également une démonstration de l’engagement des États-Unis à contrer la percée de la Chine sur le continent. En effet, le Ghana a récemment conclu un accord de 2 milliards de dollars avec une entreprise chinoise pour divers projets.

Des rencontres avec les dirigeants du Ghana, de la Tanzanie et de la Zambie

Au cours de sa visite, la vice-présidente américaine rencontrera les dirigeants du Ghana, de la Tanzanie et de la Zambie. La promotion de la croissance économique, de la démocratie, de la bonne gouvernance, de la paix et de la sécurité, ainsi que des relations commerciales entre les pays seront au cœur des discussions. Elle a déjà rencontré deux fois le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, à Washington, et est impatiente de renforcer les liens avec lui et les autres dirigeants africains.

« Je me réjouis de mes rencontres avec le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, le président de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, et le président de la Zambie, Hakainde Hichilema. Nous nous appuierons sur les réunions précédentes que j’ai eues avec chacun d’entre eux pour renforcer la démocratie et la bonne gouvernance, promouvoir la paix et la sécurité, construire une croissance économique à long terme et renforcer nos relations commerciales », a-t-elle affirmé.

Kamala Harris prononcera un discours mardi à Accra, où elle exposera sa vision pour l’Afrique. Elle est convaincue que le continent est riche en opportunités, en innovation et en possibilités, notamment en raison de l’âge médian de sa population, qui est de 19 ans.
Les discussions qui se tiendront entre Kamala Harris et les dirigeants africains donneront un nouvel élan à la coopération entre les États-Unis et l’Afrique, et permettront de renforcer leur partenariat à long terme.

Lire Aussi :   FLINTLOCK 2023 : UN EXERCICE MILITAIRE POUR MIEUX LUTTER CONTRE LA MENACE TERRORISTE

Agenda de Kamala Harris dans chacun des trois pays

Les journalistes accrédités à la Maison Blanche ont commencé à spéculer sur l’agenda de la vice-présidente dans chacun des trois pays. Au Ghana, Harris devrait prononcer un discours important et s’entretenir avec de nombreux jeunes. En Tanzanie, elle rencontrera la première femme présidente du pays et devrait mettre l’accent sur les réformes en cours. En Zambie, les sujets de l’entrepreneuriat et de la sécurité alimentaire seront au centre des conversations.

Alors que la rivalité géopolitique entre les États-Unis et la Chine en Afrique est devenue de plus en plus apparente, les journalistes s’attendent également à ce que l’influence croissante de Pékin sur le continent soit évoquée. Les responsables américains veulent maintenir leur engagement en Afrique, qui a été annoncé lors d’un sommet États-Unis-Afrique à Washington en décembre dernier, et Harris devra faire preuve de prudence lorsqu’elle abordera la question de la rivalité avec la Chine.

« Madame Harris sera confrontée à un délicat exercice d’équilibre au cours de ce voyage. Les États-Unis ne veulent pas que les dirigeants africains aient l’impression d’être pris au milieu de cette partie d’échecs géopolitique entre les États-Unis et la Chine. Ils veulent que les dirigeants africains aient l’impression qu’ils traitent avec eux selon leurs propres conditions », explique Chris Megerian, journaliste de l’Associated Press à la Maison Blanche.

Le voyage de Kamala Harris en Afrique est un signe de l’importance croissante accordée par les États-Unis au continent comme lieu d’investissement et pas seulement d’aide. L’âge médian en Afrique est de seulement 19 ans et environ la moitié de la croissance démographique mondiale se produira sur le continent au cours des prochaines décennies, ce qui représente un potentiel énorme pour la région.

Steven W. Trismégiste

Previous

Coton en Afrique de l’Ouest : les acteurs de la filière se regroupent sous ORIC-UEMOA

Next

Interview du chef d'AQMI : France 24 suspendu au Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]