dimanche, juillet 21 2024

Trois mois après avoir suspendu les activités des partis politiques, la junte militaire au pouvoir au Mali a annoncé le 10 juillet la levée de cette interdiction. Cette décision intervient alors que le pays, plongé dans une crise profonde et confronté au djihadisme, cherche à naviguer dans une transition politique complexe.

Cette décision intervient après une intense vague de critiques, tant au niveau national qu’international, dénonçant cette suspension comme une tentative flagrante de la junte de museler l’opposition et de renforcer son emprise sur le pouvoir. Le Mali, en proie à une crise sécuritaire et politique exacerbée par l’insécurité jihadiste, voit cette mesure comme un signe de désespoir de la part des militaires, cherchant à apaiser les tensions.

Retour des partis politiques après une décision controversée

En avril, le colonel Assimi Goïta, chef de la junte militaire, avait décrété la suspension des activités des partis politiques et des associations à caractère politique, accusant ces derniers de « discussions stériles » et de « subversion ». Selon Goïta, ces activités mettaient en péril le « dialogue » national en cours, censé tracer la voie vers l’avenir politique du Mali. Cette suspension avait été perçue comme une tentative de la junte de renforcer son emprise sur le pouvoir, déclenchant une vague de critiques de la part des partis politiques et de la société civile.

Les partis politiques, déjà mécontents de la prolongation du pouvoir militaire au-delà de l’échéance de mars 2024, avaient boycotté ce dialogue. Ils réclamaient le retour à un régime civil après des élections, conformément aux engagements pris par la junte. Cependant, le dialogue s’est tenu sans leur participation, avec principalement des soutiens du régime, et a abouti à des recommandations controversées en mai, préconisant le maintien des militaires au pouvoir pour une période supplémentaire de deux à cinq ans, ainsi que la candidature du colonel Goïta à une future élection présidentielle.

Lire Aussi : « LE MALI A UN MANQUE À GAGNER DE 120 MILLIARDS DE FCFA » EN RESTANT DANS LA CEDEAO, DIXIT LE MINISTRE DE L’ÉCONOMIE ALOUSSÉNI SANOU

Perspectives d’un avenir politique incertain

La décision de rétablir les activités politiques est vue comme un geste visant à apaiser les tensions et à répondre aux critiques croissantes, tant au niveau national qu’international. Toutefois, cette volte-face soulève des questions sur les véritables intentions de la junte et sur l’avenir politique du Mali. Les partis politiques pourront-ils désormais exercer leurs activités sans entraves, ou cette décision marque-t-elle simplement une stratégie de la junte pour gagner du temps et légitimer son pouvoir prolongé ?

Les défis auxquels le Mali est confronté restent colossaux. Le pays est en proie à une insécurité croissante due aux attaques jihadistes et à une crise économique qui aggrave les conditions de vie de sa population. Le processus de transition politique est crucial pour stabiliser le pays, mais les manœuvres de la junte militaire jettent une ombre sur la transparence et l’intégrité de ce processus.

La communauté internationale suit de près ces développements. Les partenaires internationaux du Mali, notamment la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union africaine, ont exprimé leurs préoccupations concernant le respect des engagements de transition et la tenue d’élections libres et équitables. La réouverture de l’espace politique est une étape positive, mais elle devra être accompagnée de garanties solides pour un retour effectif à un régime civil.

Lire Aussi : COHÉSION SOCIALE À KIDAL : LES IMGHAD ET L’ÉTAT MALIEN UNIS POUR LA PAIX

Un tournant pour le Mali ?

La levée de la suspension des activités politiques par la junte militaire pourrait représenter un tournant pour le Mali, mais la route vers la démocratie reste semée d’embûches. Les partis politiques et la société civile sont appelés à jouer un rôle crucial dans cette période de transition. Leur capacité à se mobiliser, à proposer des alternatives viables et à exercer une pression constructive sur la junte sera déterminante pour l’avenir politique du pays.

En somme, la réouverture des activités politiques est un signal important, mais le véritable test réside dans la mise en œuvre d’un processus de transition inclusif et transparent, garantissant la participation de tous les acteurs politiques et le respect des aspirations du peuple malien.

Tony A.

Previous

Crise de l'uranium au Niger : Orano en péril, la Somaïr au bord du gouffre

Next

Pourquoi le Maroc apporte-t-il son soutien à Israël sur la question palestinienne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]