mercredi, février 28 2024

Depuis fin 2021, le nord du Togo a été le théâtre d’attaques de groupes jihadistes qui ont fait environ 100 victimes civiles et 40 militaires, selon le président Faure Gnassingbé.Dans une rare interview accordée à la télévision jeudi soir, le dirigeant togolais a également souligné que la moitié des civils tués n’étaient pas des Togolais.

Il a aussi ajouté que les groupes jihadistes opérant au Sahel cherchaient à étendre leur influence vers le sud.En effet, les régions septentrionales du Togo, du Bénin et du Ghana subissent des attaques et des incursions des groupes jihadistes.

LES PERTES CIVILES ET MILITAIRES CONFIRMÉES PAR FAURE GNASSINGBÉ

Les forces de défense et de sécurité du pays ont lancé l’opération Koundjoaré en septembre 2018 pour faire face aux menaces des groupes jihadistes  dans le nord.Mais en fonction de l’évolution de la situation, différentes postures ont été adoptées.

Dans son intervention, le président togolais a aussi souligné que la posture était d’abord préventive, puis défensive, et maintenant, de temps en temps, offensive.

Le président Faure Gnassingbé a par ailleurs précisé que les groupes jihadistes responsables des attaques étaient l’Etat islamique au Grand Sahara et le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans.Ces derniers ont également ciblé d’autres pays de la sous-région. Rappelons qu’au moins 27 000 Burkinabè ont trouvé refuge au Togo ces dernières années.

Lire aussi : DÉPLACEMENTS DES POPULATIONS AU NORD DU TOGO : QUE S’EST-IL RÉELLEMENT PASSÉ ? 

LE VOISIN BÉNINOIS ENVISAGE DE RENFORCER LA SÉCURITÉ DE SES FRONTIÈRES

Malgré les demandes répétées de la presse de confirmer de nombreuses attaques et leur bilan, le gouvernement togolais avait cessé de communiquer sur la situation sécuritaire dans le nord du pays depuis août 2022.

Le mutisme a été brisé par cette rare interview du président de 56 ans, qui a été réélu à trois reprises lors de scrutins contestés par l’opposition. Le voisin béninois, lui aussi touché par les attaques jihadistes, a annoncé récemment envisager de recruter 5.000 hommes pour sécuriser ses frontières.

Mi-avril de cette année, le président Talon a reçu la visite du président rwandais Paul Kagame, qui a promis un soutien militaire.

Previous

Groupes jihadistes au Togo : Faure Gnassingbé sort du silence

Next

ÉDITO : "AINSI VA L'ÉVIDENCE FAURE", Cyr ADOMAYAKPOR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]