lundi, juillet 22 2024

Depuis fin 2021, le nord du Togo a été le théâtre d’attaques de groupes jihadistes qui ont fait environ 100 victimes civiles et 40 militaires, selon le président Faure Gnassingbé.Dans une rare interview accordée à la télévision jeudi soir, le dirigeant togolais a également souligné que la moitié des civils tués n’étaient pas des Togolais.

Il a aussi ajouté que les groupes jihadistes opérant au Sahel cherchaient à étendre leur influence vers le sud.En effet, les régions septentrionales du Togo, du Bénin et du Ghana subissent des attaques et des incursions des groupes jihadistes.

LES PERTES CIVILES ET MILITAIRES CONFIRMÉES PAR FAURE GNASSINGBÉ

Les forces de défense et de sécurité du pays ont lancé l’opération Koundjoaré en septembre 2018 pour faire face aux menaces des groupes jihadistes  dans le nord.Mais en fonction de l’évolution de la situation, différentes postures ont été adoptées.

Dans son intervention, le président togolais a aussi souligné que la posture était d’abord préventive, puis défensive, et maintenant, de temps en temps, offensive.

Le président Faure Gnassingbé a par ailleurs précisé que les groupes jihadistes responsables des attaques étaient l’Etat islamique au Grand Sahara et le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans.Ces derniers ont également ciblé d’autres pays de la sous-région. Rappelons qu’au moins 27 000 Burkinabè ont trouvé refuge au Togo ces dernières années.

Lire aussi : DÉPLACEMENTS DES POPULATIONS AU NORD DU TOGO : QUE S’EST-IL RÉELLEMENT PASSÉ ? 

LE VOISIN BÉNINOIS ENVISAGE DE RENFORCER LA SÉCURITÉ DE SES FRONTIÈRES

Malgré les demandes répétées de la presse de confirmer de nombreuses attaques et leur bilan, le gouvernement togolais avait cessé de communiquer sur la situation sécuritaire dans le nord du pays depuis août 2022.

Le mutisme a été brisé par cette rare interview du président de 56 ans, qui a été réélu à trois reprises lors de scrutins contestés par l’opposition. Le voisin béninois, lui aussi touché par les attaques jihadistes, a annoncé récemment envisager de recruter 5.000 hommes pour sécuriser ses frontières.

Mi-avril de cette année, le président Talon a reçu la visite du président rwandais Paul Kagame, qui a promis un soutien militaire.

Previous

Groupes jihadistes au Togo : Faure Gnassingbé sort du silence

Next

ÉDITO : "AINSI VA L'ÉVIDENCE FAURE", Cyr ADOMAYAKPOR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]