vendredi, février 23 2024

Depuis fin 2021, le nord du Togo a été le théâtre d’attaques de groupes jihadistes qui ont fait environ 100 victimes civiles et 40 militaires, selon le président Faure Gnassingbé. Dans une rare interview accordée à la télévision jeudi soir, le dirigeant togolais a également souligné que la moitié des civils tués n’étaient pas des Togolais.

Il a aussi ajouté que les groupes jihadistes opérant au Sahel cherchaient à étendre leur influence vers le sud. En effet, les régions septentrionales du Togo, du Bénin et du Ghana subissent des attaques et des incursions des groupes jihadistes.

Les pertes civiles et militaires confirmées par Faure Gnassingbé

Les forces de défense et de sécurité du pays ont lancé l’opération Koundjoaré en septembre 2018 pour faire face aux menaces des groupes jihadistes  dans le nord. Mais en fonction de l’évolution de la situation, différentes postures ont été adoptées. Dans son intervention, le président togolais a aussi souligné que la posture était d’abord préventive, puis défensive, et maintenant, de temps en temps, offensive.

Le président Faure Gnassingbé a par ailleurs précisé que les groupes jihadistes responsables des attaques étaient l’Etat islamique au Grand Sahara et le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. Ces derniers ont également ciblé d’autres pays de la sous-région. Rappelons qu’au moins 27 000 Burkinabè ont trouvé refuge au Togo ces dernières années.

Lire aussi : DÉPLACEMENTS DES POPULATIONS AU NORD DU TOGO : QUE S’EST-IL RÉELLEMENT PASSÉ ? 

Le voisin béninois envisage de renforcer la sécurité de ses frontières

Malgré les demandes répétées de la presse de confirmer de nombreuses attaques et leur bilan, le gouvernement togolais avait cessé de communiquer sur la situation sécuritaire dans le nord du pays depuis août 2022. Le mutisme a été brisé par cette rare interview du président de 56 ans, qui a été réélu à trois reprises lors de scrutins contestés par l’opposition.

Le voisin béninois, lui aussi touché par les attaques jihadistes, a annoncé récemment envisager de recruter 5.000 hommes pour sécuriser ses frontières. Mi-avril de cette année, le président Talon a reçu la visite du président rwandais Paul Kagame, qui a promis un soutien militaire.

 

Steven E. Wilson

Previous

Tirailleurs sénégalais : Neuf vétérans de l'armée française retournent définitivement au pays

Next

GROUPES JIHADISTES AU TOGO : FAURE GNASSINGBÉ SORT DU SILENCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]