jeudi, février 29 2024

Les tractations en vue de l’organisation en bonne et due forme des élections prochaines au Mali connaissent déjà des divergences d’opinion. C’est ce qui ressort de la récente rencontre entre le Premier ministre malien, Choguel Maïga, et les autres acteurs politique du pays. C’était ce jeudi 08 juillet 2021 dans la capitale malienne.

Au cours de leurs échanges, au-delà de la diversité des sujets abordés, attention particulière a été portée sur les conditions d’organisation des élections prochaines au Mali. Celles-ci se doivent d’être crédibles, libres et transparentes pour consacrer une transition malienne réussie. Mais la proposition du Premier ministre malien, Choguel Maïga n’a pas fait l’unanimité.

Un frein aux élections prochaines au Mali

Pour plusieurs participants à cette réunion, les élections prochaines au Mali risquent d’être sérieusement perturbées par la proposition du premier ministre. C’est-à-dire la mise en place d’un organe unique ayant en charge l’organisation des échéances électorales à venir. Alors plusieurs partis n’ont pas manqué d’exprimer leur désapprobation.

« On n’est pas prêts à aller dans ce sens », a déclaré Amadou Diallo, du Parti pour le développement économique et social (PDES). Plusieurs acteurs craignent donc que par cette procédure le délai de la transition enclenchée soit prolongé. Ce qui aurait un impact sur les élections prochaines au Mali. Toutefois la proposition a été bien accueillie chez certains.

A lire aussi: MALI: BOUBOU CISSÉ NE FAIT PLUS MYSTÈRE DE SES AMBITIONS POLITIQUES

Une dominance des militaires

Bien que la proposition du chef du gouvernement soit intéressante, certains partis politiques y voient un piège à éviter absolument. Ils redoutent à nouveau la mainmise des militaires dans le processus. En clair, ceux-ci peuvent après création de l’organe unique de gestion des élections en prendre catégoriquement le contrôle.

« Les militaires, de même qu’ils ont mis en place un CNT sans nous demander en contrecarrant les partis politiques, peuvent aussi mettre en place un organe de gestion unique sans demander l’avis des partis politiques », s’inquiète déjà Alassane Aba de la Convergence pour le développement du Mali (Codem). En conséquence, tout doit être fait de sorte à organiser dans les meilleures conditions les élections prochaines au Mali.

A lire aussi: TRANSITION AU MALI: PREMIER CONSEIL DE CABINET DE LA NOUVELLE ÉQUIPE GOUVERNEMENTALE

 

El Professor

Previous

Factures normalisées au Bénin: les béninois se plaignent

Next

Agence des transports au Bénin: 13,6 milliards de FCFA volatilisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]