jeudi, avril 18 2024

Désormais, les nigérians vont devoir s’habituer à l’utilisation d’une nouvelle devise virtuelle dans leur quotidien. Il s’agit concrètement de la monnaie numérique dénommée « e-naira ». Elle a été officiellement lancée par le président Muhammadu Buhari, hier lundi 25 octobre.

Pour le gouvernement nigérian, grâce à révolution numérique, une nouvelle ligne a été franchie en ce qui concerne le développement technologique du pays. Alors de grandes attentes sont portées sur cette monnaie numérique. Sur le continent africain, le Nigeria est le premier pays à se doter d’une telle monnaie numérique.

L’e-neira, un frein à l’usage des cryptomonnaies

Selon les autorités nigérianes, la mise en place de l’e-naira n’est pas anodine. Elle relève plutôt une volonté ferme du pouvoir en place d’améliorer la vie de ses concitoyens. Par ailleurs, l’e-naira devrait également permettre à l’état nigérian de pouvoir accroitre ses recettes fiscales. Pour y parvenir, le gouvernement compte instaurer une régulation plus soutenue des transactions qui seront effectuées par le biais de cette nouvelle monnaie.

Le lancement de l’e-naira constitue aussi, une excellente occasion pour les autorités nigérianes de freiner l’usage des cryptomonnaies. Est plus en vue parmi ces monnaies numériques, le « bitcoin », sur lequel le gouvernement n’arrive pas à avoir le contrôle requis. Il faut le souligner, sans remplacer la monnaie traditionnelle, l’e-naira existera parallèlement aux espèces.

Une inclusion bancaire

D’après le président Muhammadu Buhari, l’e-naira aura très bientôt un fort impact sur le PIB nigérian. Dans les dix prochaines années, sa contribution pourrait être estimée à 29 milliards de dollars. Ce qui sous-tend donc une excellente opportunité pour le pays. De façon plus rassurante, elle va aussi faciliter l’inclusion bancaire de même que les transferts de monnaie vers l’étranger.

Avec cette nouvelle monnaie virtuelle, les personnes qui n’ont pas accès aux systèmes bancaires traditionnels au Nigeria ont à présent de quoi faciliter leurs paiements. Ceci tient du fait que les transactions en e-naira pourront se faire dans les jours à venir même sans accès à l’internet.

Pour faire de l’e-naira, une réalité au Nigéria, il aura fallu quatre ans de travail acharné à la Banque centrale du pays.

Lire aussi: INSTABILITÉ AU NIGÉRIA: LE BANDITISME ET LE TERRORISME ONT PRIS UNE NOUVELLE DIMENSION

Sandrine A

Previous

Soudan: pourquoi un nouveau coup de force des militaires ?

Next

Soudan: la farouche résistance contre le coup d’Etat du 25 octobre s’organise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]