jeudi, février 29 2024

Au Sénégal, la députée du pouvoir Amy Ndiaye, a enfin obtenu justice. Les deux députés agresseurs de sa personne, ont été condamnés hier lundi 02 janvier par la justice du pays. C’était lors d’un procès sous haute sécurité.

Pour rappel, l’affaire Amy Ndiaye remonte au 1er décembre dernier, ou le peuple sénégalais tout entier a été choqué par des scènes de violences commises à l’Assemblée nationale par deux représentants contre une troisième. Il s’agit notamment des députés Massata Samb et Mamadou Niang du parti d’opposition PUR, membre de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi. Les deux hommes ont donc été placés en garde à vue pour coups et blessures volontaires et menaces de mort avant de répondre devant la justice.

Une sentence exemplaire pour les députés agresseurs

Pour la justice sénégalaise, les députés agresseurs vont devoir payer assurément leur faute contre leur collègue députée. Pour ce faire, ils sont donc condamnés à six mois de prison ferme. Par ailleurs, ils sont dans l’obligation de verser solidairement 5 millions de francs CFA de dommages et intérêts à Amy Ndiaye.

Soulignons que le parquet avait requis deux ans de prison ferme contre les députés de l’opposition. Celui-ci exigeait surtout que la protection de la gent féminine soit vraiment garantie dans cette affaire. Mais dans ce procès, seules les accusations de « coups et blessures volontaires », ont été retenues par le juge. Le motif de « menaces de mort » a en revanche écarté.

Lire Aussi : VIOLENCES AU PARLEMENT : LA DÉPUTÉE AMY NDIAYE RÉCLAME 500 MILLIONS DE FRANCS CFA

Une intention de faire appel

Selon la défense des députés cette décision serait inappropriée. Par conséquent, elle ne manquera pas de faire appel et d’introduire une demande de mise en liberté provisoire. Notons que cette condamnation n’est pour le moment pas définitive et donc n’a pas d’impact sur les mandats des députés agresseurs.

« Nous allons immédiatement relever appel et nécessairement, nous allons enclencher une nouvelle procédure aux fins de demander une mise liberté provisoire mais, parallèlement, nous estimons également qu’il y a lieu d’introduire une procédure de contre-expertise médicale sur la grossesse de la dame, Amy Ndiaye, parce que nous estimons que c’est un leurre », a déclaré Me Abdy Nar Ndiaye.

Pour les avocats de dame Ndiaye, le montant des dommages et intérêts n’est pas conséquente par rapport au préjudice subi par leur cliente. « Nous avions demandé la somme de 500 millions. On nous a alloué la somme de 5 millions. Nous n’allons pas manquer de faire appel sur ce point-là, parce que nous estimons qu’aujourd’hui, aussi bien la santé de la mère que celle de l’enfant qu’elle porte sont en jeu », a exprimé Me Soumaré.

 

El Professor

Previous

Réduction de la pollution : le gouvernement ivoirien mise sur les voitures électriques

Next

Élections régionales 2023 au Togo : un parti politique favorable à un report

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]