samedi, mars 2 2024

Très bientôt les rues d’Abidjan seront marquées par la mise en circulation de voitures électriques. Cette nouvelle donne est initiée par le ministère de l’Environnement qui entend ainsi œuvrer à la réduction de l’impact de la pollution du parc automobile. Le projet cible surtout les transports en commun et les taxis.

Bien que l’automobile soit un moyen de transport très prisé, elle présente tout de même des nuisances environnementales. On peut citer entre autres la pollution de l’air et l’émission de gaz à effet de serre. A cela s’ajoute la pollution sonore, qui aurait également un impact non négligeable sur la santé. Alors l’idée d’introduire des voitures électriques dans la grande ville qu’est Abidjan n’est pas anodine.

L’introduction des voitures électriques, un changement progressif

Selon le ministère de l’Environnement, la mise en circulation très prochaine des voitures électriques apparait comme une nécessité. Car le parc automobile émet trop de gaz carbonique, ce qui n’est pas du tout profitable pour la santé des populations. Ceci d’autant plus que les véhicules fonctionnant au gasoil dégagent trop de souffre.

Sont surtout concernés par ce changement, les transports en commun et les taxis, les véhicules administratifs. Mais la mutation se fera de façon progressive, a indiqué le Dr Etien N’Dah, coordonnateur du projet mobilité électrique au ministère de l’Environnement.

« Il ne s’agit pas de commencer par dire aux gens d’acheter des véhicules électriques. Cela coûte cher. Il serait bon de commencer par la flotte du service public : les bus et les minibus (les Gbaka). Nous allons aussi inciter les taxis à laisser le thermique ».

Lire Aussi : VOEUX À LA NATION : FAURE GNASSINGBÉ ADRESSE UN MESSAGE FORT AUX TOGOLAIS

Des détails logistiques à mettre en place

Par le biais de ce projet, les autorités ivoiriennes espèrent renouveler à terme près de 30% des transports en commun avec des voitures électriques. Toutefois certains points cruciaux restent encore à prendre en compte. Il s’agit notamment de l’approvisionnement en pièces de rechange et surtout l’emplacement des bornes de recharge de ces véhicules.

Le ministère de l’environnement pour sa part rassure. « Il faut aller véritablement vers les transports de masse. Si nous sommes à 30% dans les cinq ans à venir, ce n’est pas mauvais », soutient le Dr Etien N’Dah.

« Les véhicules qui sont utilisés nous permettent de pouvoir faire une exploitation tout au long de la journée. Nous aurons, en gros, un véhicule silencieux et, au-delà de cela, nous pensons aussi que l’accès aux pièces détachées pourrait être amélioré », souligne Vamoya Karamoko, secrétaire adjoint de la fédération du patronat des taxis compteurs d’Abidjan.

 

El Professor

Previous

Voeux à la Nation : Faure Gnassingbé adresse un message fort aux togolais

Next

Affaire Amy Ndiaye : les députés agresseurs finalement condamnés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]