vendredi, février 23 2024

Dans un contexte de fortes tensions politiques à l’Assemblée nationale sénégalaise, la députée Amy Ndiaye a été victime de violences. Celles-ci émanent de Massata Samb et Mamadou Niang, tous deux députés du parti d’opposition PUR, membre de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi. C’était pendant la session budgétaire.

Avant d’être entendu par le juge, les deux hommes ont été placés en garde à vue pour coups et blessures volontaires et menaces de mort. Soulignons qu’ils étaient recherchés depuis le 3 décembre. Pour donc obtenir justice, la députée de la mouvance présidentielle, réclame 500 des dommages et intérêts.

Des propos irrévérencieux et déplacés

Selon les prévenus, les violences commises contre Amy Ndiaye, la députée de la coalition au pouvoir Benno Bokk Yakaar, n’étaient aucunement intentionnelles. Au contraire, ils ont plutôt été les premières victimes de cette histoire. C’est à dire qu’ils ont subi les propos irrespectueux formulés par Amy Ndiaye contre le chef religieux qui dirige leur parti. Ce qui était donc inacceptable à leurs yeux.

« Je n’ai pas giflé Amy Ndiaye », se défend pour sa part Massata Samb. Il soutient l’argument selon lequel, il aurait plutôt tenté d’arracher le foulard de la députée. Mamadou Niang, quant à lui explique qu’il voulait s’interposer quand Amy Ndiaye lançait une chaise en direction de son collègue.

Lire Aussi : SÉNÉGAL : OUSMANE SONKO CONVOQUÉ DEVANT LE DOYEN DES JUGES D’INSTRUCTION

Une agression bien planifiée contre Amy Ndiaye

Selon la défense de Amy Ndiaye les arguments invoqués par les accusés ne sont que de faux prétextes. L’idée de violenter la députée est assez perceptible dans leurs actions contre elle. Ce qui est donc déplorable. En conséquence, deux ans de prison ferme ont été requis contre les députés de l’opposition par le parquet. Celui-ci attend surtout que la protection de la gent féminine soit vraiment garantie dans cette affaire.

« Les images ont été vues à travers toutes les chaînes de télévision, les réseaux sociaux. Ils parlent d’une certaine attaque vis-à-vis de leur guide religieux, mais ils ne sont pas à l’Assemblée par le biais de leur guide religieux, ils défendent les intérêts du peuple ! C’est une agression bien planifiée », a précisé Me Baboucar Cissé, l’un des avocats de la députée.

 

El Professor

Previous

Qatar 2022 : Faure Gnassingbé salue l'impressionnante organisation de la Coupe du Monde

Next

Conseil de ministres au Togo: le Data Center confié à un partenaire privé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]