vendredi, mars 1 2024

Au Burkina Faso, la persistance de la dégradation sécuritaire, met sérieusement à mal les populations. Ces dernières, subissent inlassablement et impuissantes les attaques des groupes armés terroristes. Face à l’incapacité des autorités à assurer leur protection, elles exigent la démission du président Roch Marc Christian Kaboré.

Afin d’apaiser le mécontentement des populations, le chef de l’Etat burkinabé tente de rassurer en prenant quelques mesures fortes. Ces décisions vont-elles faire décolérer ses concitoyens ? Pour l’heure, son intervention a été accueillie avec grand scepticisme. L’impact de la dégradation sécuritaire que connait le pays, sur ses habitants est sacrément profond.

Une dégradation sécuritaire sanctionnée

La récente attaque contre la gendarmerie d’Inata survenue le dimanche 14 novembre 2021 est au cœur de l’indignation générale des populations. Selon le bilan du gouvernement, 49 gendarmes et quatre civils tués. C’est la goutte de trop. Alors, il était impératif pour le président Kaboré de prendre des mesures fermes pour finir avec cette dégradation sécuritaire au Burkina Faso.

Pour montrer sa fermeté face aux nombreux dysfonctionnements au sein de l’appareil sécuritaire, il a relevé deux cadres des forces armées de leur fonction. Il s’agit entre autres du commandant de la première région de gendarmerie et le commandant du groupement des forces du secteur Nord.

« Nous devons mettre nos hommes dans toutes les conditions qui leur permettent d’affronter le terrorisme avec l’ensemble du courage et la détermination qu’il faut », a déclaré Roch Kaboré.

Lire aussi : TERRORISME AU BURKINA FASO: UNE OFFENSIVE DÉCISIVE CONTRE LES DJIHADISTES S’ANNONCE

Des sanctions insuffisantes

D’après certains analystes, les sanctions prononcées contre les deux commandants ne sauront suffire à apaiser les populations. La dégradation sécuritaire dont souffre le pays tout entier est d’une gravité sans précédente. Alors des mesures plus fortes voire drastiques sont attendues du président Kaboré.

« Le problème est plus profond au sein des forces armées. Il y a une espèce de sabotage au niveau du commandement depuis quelques années et il faut des sanctions exemplaires au plus haut niveau », indique pour sa part l’analyste politique Lionel Bilgo.

« On a l’impression qu’on envoie nos frères, nos enfants, nos oncles, à l’abattoir ! Tous les jours, des condoléances. On en a marre », déplore Hermann Tassembedo du mouvement Carton rouge.

Lire aussi : BURKINA FASO: LES HOMMES INTÈGRES REGRETTENT LE DÉPART DE COMPAORÉ 

 

El Professor

Previous

Manifestations à Khartoum: le bras de fer sanglant entre civils et militaires se poursuit

Next

Tchad: des intellectuels proposent le fédéralisme au gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]